• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Loire arrow Domaines Landron avec Jo Landron
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Domaines Landron avec Jo Landron Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Domaines Landron

Muscadet

avec Jo LANDRON

Grains Nobles le jeudi 25 octobre 2009 

Jo Landron cultive aujourd'hui un vignoble d'environ 46 hectares qui regroupe 2 principaux domaines sur lesquels travaillent 10 salariés :

Le Domaine de la Louvetrie, situé au sommet du vignoble nantais, sur les coteaux de la Sèvre, propriété familial de 35 hectares planté à 95% en melon de Bourgogne, cépage unique du Muscadet. Il y est produit la plupart des cuvées.

Le Château de la Carizière (en fermage), situé sur les coteaux de la Sèvre nantaise, regroupant un vignoble de 10 hectares, exclusivement planté en cépage melon de bourgogne produisant les cuvées Château et Clos de la Carizière

Jo Landron vient de réaliser sa 30ème vendange cette année. En 1979, il a commencé à vinifier quelques parcelles isolées, dans une logique productiviste, comme tous à l'époque, et notamment son père et son oncle avec lesquels il a débuté. Il est resté en culture conventionnelle jusqu'en 1990 en constatant cependant des problèmes majeurs liés aux désherbants, notamment en 1987, tels que la destruction complète de certains ceps dans une parcelle.
Progressivement, il a remis à l'œuvre le labour pratiqué par les anciens, supprimé les désherbants et est passé en agriculture biologique sur toutes les exploitations à partir de 1998 et 2000.

Les pratiques culturales sont en évolution constante, le vigneron considère favorablement la biodynamie et fait des essais avec différents plantes (prèles...) pour stimuler les défenses de la vigne contre les maladies, mildiou notamment.

En vinification, les grappes entières cueillies manuellement sont pressées pour n'en recueillir que le premier jus. Après débourbage, le jus fermente lentement en cuve grâce aux levures indigènes pendant une quinzaine de jours au maximum. La fermentation malolactique est évitée, le vin se décante et reste sur ses lies de fermentation sans soutirage, protégé par le gaz carbonique. L'embouteillage est réalisé 7 à 18 mois plus tard, selon les millésimes et les cuvées. Les doses de soufre sont modérées, 60 à 70 mg/l de soufre total et 20 mg/l de libre à la mise.

Liste des vins présentés, selon l'ordre de dégustation :

VDQS Gros Plant du Pays Nantais 2007 :

Constitué du cépage folle blanche, qui représente moins de 5% de l'encépagement des domaines Landron, ce vin simple mais friand, grâce au gaz carbonique résiduel, a présenté des arômes de citron accompagnés de touches de beurre et d'amande.

 

 

Muscadet de Sèvre et Maine :

 

Amphibolite 2008 nature :

Issu de 8 ha de vignes de 25 à 40 ans sur roches vertes métamorphiques provenant de remontées de fonds marins, ce vin a fait preuve d' une certaine réserve, surtout au nez. En bouche de la fraîcheur et de la tension avec des notes salines et minérale (caillou) dues peut-être au sol riche en manganèse et en fer. Jamais de chaptalisation pour cette belle cuvée très digeste et faible en alcool.

 

Clos la Carizière 2008 (du Château de la Carizière)

4 ha de sols caillouteux et filtrants, de nature acide (orthogneiss i.e. métamorphisme du Granit) et un rendement moyen de 35 h/ha pour des vieilles vignes de 50 à 70 ans.

Une légère chaptalisation (1°) et un élevage sur lies de 8 mois ont été pratiqués.

Le vin a présenté un nez floral, puis des touches de fruits blancs et d'agrumes. En bouche, une pointe d'amertume et de la puissance, avec une sensation presque tannique, puis une minéralité rentrée à ce jour et une finale un peu chaude.

 

Hermine d'Or 2008

Terroir précoce de grès, assez venté et sols filtrants. Vignes de 15 à 40 ans et rendement moyens inférieurs à 50 h/ha avec toujours un élevage sur lies.

Pour ce 2008, un nez assez ouvert sur la citronnelle, puis des arômes de dragées et de poivre blanc. Une attaque de bouche tendue avec des notes végétales mentholées et une finale plus grasse avec de légers amers.

 

Fief du Breil (en général) :

La parcelle comporte 8 ha en coteau, surplombant la Sèvre Nantaise, avec une exposition sud et concave, protégée du vent, mais seule une sélection de 4 ha de vignes âgées (sélections massales d'environ 40 ans) produit les raisins constituant ce vin. Le sol est pauvre, peu profond, caillouteux avec du quartz sur des roches d'orthogneiss. La taille est courte - 6 à 8 bourgeons - et les rendements faibles.

Selon les millésimes, une légère chaptalisation peut être effectuée; la fermentation alcoolique est effectuée en cuve et la fermentation malolactique est évitée grâce à un léger sulfitage. S'ensuit un élevage sur lies pendant 14 à 24 mois, sous gaz carbonique, sans soutirage.

Fief du Breil 2008 :

Ce vin a été prélevé sur cuve et il a présenté quelques notes réduites et lactiques avant de laisser place à des agrumes. Une bouche grasse, mûre, douce et longue, pas encore en place actuellement, va sans doute se tendre dans quelques mois. A regoûter après la mise ...

Hermine d'Or 2007 :

Au nez, des arômes de citronnelle et de fumée. En bouche, une attaque grasse, souple qui évolue dans un registre d'écorces, de quinquina. Le vin s'est retendu à l'air.

 

Fief du Breil 2007

Nez floral avec pointe de fruits blancs. En bouche, notes de prunelles, une belle combinaison entre le gras et la salinité et une finale tendue et épicée sur une matière fine.

 

Fief du Breil 2006

1° de chaptalisation et 38 h/ha pour ce vin mis en bouteille au printemps 2008. Au nez, notes mentholées et pointe d'agrumes discrets. Bouche complexe d'attaque saline et pure - eau de roche -  mais finissant large, voire douce.

 

Fief du Breil 2005

Un nez un peu exotique, presque confit avec des notes de réglisse pour ce millésime de soleil.

La bouche a paru rétractée en attaque, avec une sensation de fort extrait sec et une pointe d'amertume en finale. Attendre !

 

Fief du Breil 2004

Les millésimes antérieurs à 2005 ont été produits à partir de vignes partiellement plus âgées - 50 ans - arrachées après les vendanges 2004.

Ce vin non chaptalisé est resté 18 mois sur lies. Au nez, un début d'évolution sur des notes d'huîtres, de fumée, de mirabelle. La bouche s'est dégustée duale : élégante et fine en attaque, puis amère, avec une pointe de quinquina, et puissante avec des fruits à l'alcool, voire presque violente

 

Fief du Breil 2003

Millésime atypique avec de l'oxydation sur fruit, des notes de léger confit. En bouche, heureuse présence de gaz qui donne du tonus à une matière un peu molle et alcooleuse, mais cependant saline.

 

Fief du Breil 2002

Variations de bouteilles assez importantes entre l'oxydation pour l'une - notes de grillé, de fruits secs pouvant faire penser à Champagne blanc de blanc évolué - et plus de fraîcheur pour l'autre avec de la verveine, du minéral.

 

Fief du Breil 2000

Un vin encore fermé qui a besoin d'aération pour se révéler dans un registre marin et végétal. En bouche, de la finesse, une matière délicate, presque diaphane avec des notes d'amandes et une belle longueur.

 

Fief du Breil 1996

Une amplitude thermique importante entre le jour et la nuit pendant l'été a caractérisé le millésime 1996. Le vin a été élevé de 12 à 13 mois sur lies. Il a présenté un nez frais et végétal - menthe, mousseron - avec des touches grillées et de fruits secs mais sans perception d'oxydation. Ensuite, une bouche encore austère, métallique, presque ferrugineuse avec beaucoup de tension et de salinité.

Sans doute à son apogée ...

 

 

Soirée très intéressante animée par un vigneron passionné et très volubile, répondant avec franchise à toutes les questions qu'il était possible de lui poser.

 

C-R : Yaïr Tabor

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins