• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Bordeaux arrow Château Fontenil et le Défi de Fontenil par David Lesage
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Château Fontenil et le Défi de Fontenil par David Lesage Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Château Fontenil (Fronsac) et le Défi de Fontenil

présenté par David LESAGE

 

le lundi 25 janvier 2010

 

David Lesage, gendre de Michel Rolland œnologue emblématique du Libournais, dirige la société Rolland Collection qui, comme son nom l'indique, commercialise les vins des propriétés qui appartiennent partiellement ou en totalité à la famille Rolland. Les 15 domaines concernés sont situés en France - 4 châteaux dont Fontenil  - , Espagne, Afrique du Sud et  Argentine.

 

Château Fontenil, a été racheté en 1986 par Dany et Michel Rolland. Il est localisé sur la commune de Saillans, au nord de l'appellation d'origine contrôlée (AOC) Fronsac.

 

Au XVIIIème siècle, la révolution qualitative des vins du Libournais prend ses racines à Fronsac et l'essor du commerce maritime mondial contribue à faire connaître cette appellation bordelaise. Situé à 40 Km au nord-est de Bordeaux et à 5 Km au nord-ouest de Libourne, le vignoble est  localisé entre les méandres de l'Isle et de la Dordogne.

L'AOC Fronsac s'étend sur des sols à tendance argilo-calcaires. Le calcaire à astéries prédomine sur le tertre et les plateaux.  La molasse du Fronsadais marque les côtes et les combes. La surface du vignoble est d'environ 900 hectares répartis sur sept communes : Fronsac, Saint-Aignan, La Rivière, Saint-Michel de Fronsac, Saint-Germain-la-Rivière, Saillans et Galgon.
Le merlot, cépage prédominant dans le Libournais est présent à 80% à Fronsac, aux côté du cabernet franc et du cabernet sauvignon. La densité minimum de plantation est de 5 000 pieds à l'hectare.

 

Quinze crus de Fronsac parmi les plus qualitatifs se sont regroupés pour valoriser leur terroir en créant l'association Expression de Fronsac.

Le Château Fontenil en fait partie. Domaine de 9 ha, il est situé sur un coteau orienté sud et repose sur des sols argilo-calcaires au dessus de la molasse du Fronsadais. Le merlot domine l'encépagement avec 10% de cabernet sauvignon. Depuis le rachat en 1986, d'importants travaux de rénovation ont été menés à la vigne et aux chais car le domaine semblait plutôt abandonné par son ancien propriétaire.

Les vignes, âgées de plus de 40 ans, sont conduites en lutte raisonnée et la vinification suit les principes appliqués par Michel Rolland, notamment : double tri avant et après éraflage, fermentation alcoolique en petites cuves bois ou acier et fermentation malolactique partielle en barrique. A noter cependant une innovation à partir du millésime 2008 avec une vinification intégrale en barrique de 228 l montée sur un dispositif (OXOLINE) permettant une rotation aisée de celles-ci.

 

Créé en 2000, le Défi de Fontenil provient d'une sélection de moins de 2 ha de vieilles vignes - environ 60 ans - de pur merlot ayant bénéficié de pratiques particulières visant à accroître la maturité des raisins, notamment plastiques mis au sol dans le rang afin d'éviter la pénétration des pluies pendant le mois précédant les vendange. L'INAO, ayant jugé cette pratique non conforme au décret d'AOC, à déclassé ce produit en vin de table.

De plus, ce vin bénéficie d'une vinification en cuve bois avec pigeage depuis 2001 et les rendements sont très faibles, de l'ordre de 20 à 25 h/ha.

 

 

La Dégustation :

 

Celle-ci a permis de remonter dans le temps, depuis les premiers millésimes jusqu'au millésime actuellement en élevage.

 

Fontenil 1988 :

Des problèmes de bouchon  ont nécessité l'ouverture de bouteilles supplémentaires pour disposer d'un échantillon exempt de déviation.

Alors, le nez s'est montré évolué, assez élégant, avec des touches de feuille morte, de thé, en cohérence avec une bouche à la matière gracile, sapide aux notes sanguines cependant. L'ensemble a bien reflété le millésime 1988 plutôt frais et de maturité « classique ».

 

Fontenil 1998 :

Un boisé plus luxueux et pas totalement fondu, des notes de fruits à noyaux, bref un nez assez bordelais, malgré une petite pointe de réduction passagère au premier abord.

La bouche s'est montrée encore tendue, marquée des tanins pas totalement fondus ,mais dotée d'une finale assez pure.

 

Fontenil 2008 (en élevage):

Changement de style puisque vinification intégrale en barrique, ce qui a apporté du gras, du volume à ce vin encore en élevage. Malgré le boisé encore bien présent, mais « dans » le vin, on a noté du fruit, marié à une certaine forme de pureté avec une rétro-olfaction sur de l'encre. A revoir à l'issue de la mise en bouteille

 

Fontenil 2004 :

Un nez discret, fumé, qui s'ouvre à l'aération.

En bouche, une certaine austérité comme si le vin avait été légèrement surextrait ou saigné. Présence également de notes boisées que le temps ou l'aération devrait atténuer. En finale, une petite pointe végétale rafraîchissante.

 

Fontenil 2006 :

Le boisé semble achever son intégration car il laisse la place à des fruits rouges. La bouche, assez large et semblant refléter une matière plutôt mûre, est bien équilibrée avec une finale fraîche et presque saline. On sent du potentiel dans ce vin.

 

Fontenil 2007 :

Le nez est déjà bien ouvert avec des notes de feuillu, de menthe, de fruits noirs comme si l'élevage se faisait discret. En bouche, une certaine souplesse avec des fruits frais, peu d'extraction semble-t-il, et une bonne buvabilité. Seule la finale aux tanins encore un peu saillants dénote la jeunesse du millésime

 

Défi 2000 (premier millésime) :

Le vin s'est goûté démonstratif avec  une petite réduction au départ ainsi qu'un boisé grillé, torréfié tant au nez qu'en bouche. En passant outre le bois on a pu percevoir une matière fraîche, assez déliée, avec quelques notes de réglisse mais rattrapée par une finale non dénuée d'amertume. 

 

Défi 2001 (début des vinifications en cuve bois avec pigeage) :

Changement de style ici avec un boisé plus intégré, des notes de fruits noirs et de chocolat.

En bouche, du moelleux, de la sapidité, un profil de tanins gras et ronds, une rétro-olfaction mentholée et une finale sur la fève de cacao. Un vin moderne, certes, mais qui reflète bien ce beau millésime, souvent supérieur au 2000 en libournais

 

Fontenil 2005 :

Bel équilibre pour ce vin avec un boisé déjà intégré, une bouche riche, pleine mais sapide, malgré quelques traces de notes figuées, traduisant le côté solaire du millésime. Une belle rétro-olfaction sur du graphite, de la mine de crayon, des notes grillées signe ce vin frais et long.

 

Défi 2005 (pas d'utilisation de bâche) :

Un nez assez fermé, peu démonstratif, combinant le bois, les fruits noirs et l'encre.

Le bois s'est plus ressenti en bouche, accompagné de tanins gras et intégrés,avecr de la mâche et une sensation de puissance . Une petite aération a permis l'ouverture du vin dans un registre épicé, chocolaté. Certainement un grand vin de garde qu'il va falloir attendre

 

Vin mystère servi en carafe et déjà goûté lors de la soirée :

Il s'agissait ici d'identifier l'un des vins déjà servis précédemment, mais issu d'un autre flacon et carafé préalablement pendant près de deux heures. Personne n'a identifié le Château Fontenil 2004, qu'une longue aération avait considérablement développé et affiné.

Comme quoi, attention aux avis péremptoires lors des dégustations. On goûte une bouteille d'un vin, pas nécessairement le vin dans son intégralité

 

 

Soirée instructive ayant permis de sensibiliser les participants à l'intérêt que peuvent présenter les vins de cette AOC  - et de ce domaine - parfois méconnus en dehors du libournais.

 

C-R : Yaïr Tabor

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins