• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Italie arrow Testamatta (Toscane)
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Testamatta (Toscane) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Testamatta

(Toscane)

présenté par Michele Contartese et Jean-Emmanuel Simond

 

 

Grains Nobles le jeudi 11 février 2010

 

Les vins goûtés lors de cette soirée sont réalisés ou supervisés par Bibi Graetz, propriétaire du domaine - ou de la marque - Testamatta, représenté ce soir par Michele Contartese, régisseur.

Bibi Graetz est un peintre d'origine allemande dont la famille s'est installée en Toscane, après la seconde guerre mondiale. Il n'est devenu vigneron que depuis une dizaine d'années.

Le vignoble principal est à Fiesole, situé sur des collines à 250 m d'altitude à proximité de Florence. L'autre partie du domaine se trouve sur l'île de Gilio, près de la côte tyrrhénienne dans la province de Grosseto, à la latitude de Bastia.

Le choix de Bibi Graetz a été d'acheter - et de continuer à planter ensuite - des vignes de cépages autochtones, Sangiovese - 75% de l'encépagement -, Canaiolo, Coratino, Moscato nero (muscat noir) et Malvasia nera (malvoisie noire) plutôt que d'utiliser les cépages internationaux en vogue à la fin des années 1970, 1980 et même 1990. La même approche a été adoptée pour les vins blancs produits.

Le domaine comprend maintenant une quarantaine d'hectares avec l'île de Gilio et le premier millésime réalisé - goûté ce soir - date de l'année 2000, soit un an après la reprise du vignoble.

Depuis peu, une petite activité de négoce a été montée sous la marque Casamatta : les raisins blancs sont achetés auprès de vignerons amis, de même qu'une partie des raisins rouges, le reste provenant des vignes du domaine Testamatta.

 

A Testamatta, les vignes sont conduites en taille guyot et guyot double avec des essais de plantation à très haute densité, 20 000 pieds/ha. Le climat venté et les températures plutôt fraîches permettent de limier les traitements. Les sols sont travaillés et le domaine est en cours de conversion à l'agriculture biologique.

 

La vinification est peu interventionniste avec utilisation des seules levures indigènes, mais les schémas de vinification et d'élevage sont précis et ont évolué au fil des années en fonction des expériences acquises.

 

 

La dégustation :

Vins blancs :

IGT Toscana Casamatta bianco 2008 :

Réalisé avec des achats de 90% de vermentino et 10% de muscat, provenant de sols de galets et de granits près de la côte tyrrhénienne. La vendange est plutôt précoce, la vinification, en cuve inox, commence par une courte phase de macération pelliculaire.

Le nez de ce vin - dont le nom signifie « maison folle » - présente des notes fumées, presque résinées, puis des fruits blancs. En bouche, un assez bel équilibre entre fruit, acidité et alcool. A consommer plutôt rapidement et relativement frais

 

IGT Toscana Bugia bianco 2006 :

Ce produit est issu de 4 ha de vignes plantées en terrasses et situées sur l'île de Gilio. Il est composé du seul cépage Ansonica - d'origine grecque - et les vignes âgées d'environ 80 ans peuvent être franches de pied. Les raisins sont vendangés tôt et le vin a fermenté et a été élevé dans 3 contenants différents, inox, ciment et barriques, dans lesquels il a été logé pendant 16 mois.

Au nez - et en bouche également - on perçoit quelques arômes de macérations de peaux qui s'associent élégamment avec des fruits à noyaux, des fruits blancs et des notes de pâtisserie. En bouche, une construction sur l'alcool, peu d'acidité, de la finesse et une oxydation ménagée. Finale sur une légère acidité volatile et de la tension due sans doute à la proximité de la mer. Beau vin qui ne ment pas, contrairement à son nom qui signifie « mensonge ».

 

 

Vins rouges :

 

IGT Toscana Casamatta rosso 2008 :

2008 fut une année plutôt froide et difficile. Cette cuvée provient de vignes de 7 ans, de même nature que celle produisant le vin blanc éponyme. Ce sont des clones de sangiovese grosso à la peau assez fine qui ont macéré une semaine et ont ensuite été élevés pendant 6 à 7 mois en barrique.

Le vin a présenté une certaine rusticité en bouche avec une combinaison d'acidité, de tannins et d'amertume assez marquée. Son caractère un peu sauvage, manquant quelque peu de précision, l'a pénalisé à ce stade. A revoir, donc, dans quelques mois ...

 

IGT Toscana Grilli del Testamatta 2007 :

C'est le 2ème vin de Testamatta (qui signifie « tête folle ») et Grilli peut être traduit par grillons. L'année 2007 fut régulière, avec une bonne maturité des raisins. Ce vin, composé de 80% de sangiovese, 10% de canaiolo et 10% de colorino provient de jeunes vignes - 15 ans - sur sols caillouteux. Les cépages ont été vinifiés séparément puis le vin a été élevé en barrique et en cuve par moitié.

Ce vin équilibré et fin se déguste bien : l'élevage harmonieux est encore présent au nez sans être envahissant. Il cède progressivement la place à des notes d'oranges sanguines et de tomates séchées. En bouche, un beau support acide, des tanins peu agressifs, des sensations de mine de crayon, de la longueur et de l'élégance ; bref, un vin authentique mais civilisé.

 

IGT Toscana Soffocone di Vincigliate 2007 :

Ce vin provient d'une seule parcelle de 3,5 ha de vignes située sur les collines de Florence. Les vignes, de plus de 40 ans, portent majoritairement du sangiovese (90%) avec un assemblage des deux autres cépages du domaine.

Il a été vinifié et élevé pendant 18 mois en barrique et en cuve.

Un style de vin totalement différent de celui du Grilli avec plus de matière, de concentration, une sensation de sucrosité, de richesse et en même temps une impression de violence. La finale cacaotée, serrée et un peu anguleuse indique qu'une garde assez longue s'impose ...

 

IGT Toscana Testamatta 2007 :

Très petite production - 10 à 12 000 bouteilles - pour ce vin de pur sangiovese (100 %), au très faible rendement (28 à 30 h/ha), réalisé à partir de vignes de 40 à 70 ans. Les raisins, issus d'une centaine de parcelles distinctes, ont fermenté dans des barriques ouvertes dont le chapeau de marc était cassé toutes deux heures en phase fermentaire, ce qui favorise l'échange peau / jus. L'élevage, 30 % bois neuf, a duré 20 mois.

La bouteille dégustée s'est présentée fine et tendue, presque minérale avec une belle intégration des tanins ; un élevage de qualité, un fruité discret, des notes graphitées et mentholées ainsi qu'un beau support acide sans agressivité caractérisent ce vin plein et dynamique, qui balaye toutes les critiques que certains font au sangiovese.

 

IGT Toscana Testamatta 2000 :

2000 fut le premier millésime de cette cuvée dont l'encépagement de l'époque était un peu différent : 75% de sangiovese, du canaiolo, du colorino et très peu de muscat noir et de malvoisie noire.

Le bois neuf - de l'époque - a quelque peu marqué ce vin, surtout au nez avec des notes de cacao, puis de sang et enfin d'oranges, sanguines évidemment ! En bouche, ici aussi, une belle intégration avec des notes fumées, des fruits à noyaux, quelques senteurs de boite à cigare et un retour de l'acidité en fin de bouche. Les tanins sont enrobés et le vin présente beaucoup de charme dans un style un peu plus alangui que le vin précédent.

 

IGT Toscana Canaiolo 2006 :

1, 5 ha de vignes de 60 ans de canaiolo ont produit environ 5 barriques de ce vin, soit 1800 bouteilles. Il faut noter que rares sont les vins de pur canaiolo, ce cépage à la peau fine supportant difficilement les fortes températures.

Un style plus exubérant pour ce vin avec un nez sauvage, presque exotique - pointe d'eucalyptus - et des notes de torréfaction et de fumée. La bouche, plus apaisée que le nez, fait preuve de tension, d'une fine amertume avec une belle rétro-olfaction sur des fruits macérés, du réglisse dans un registre assez élégant. Un style vraiment original ...

 

IGT Toscana Colore 2005 :

2 micro parcelle de canaiolo (33%) et colorino (66%) permettent de produire environ 900 bouteilles de ce vin culte élevé dans 30% de bois neuf et 70% de vins d'un an et de deux ans.

Ici aussi, changement de style avec un nez porté par l'acidité volatile évoluant dans un registre de sous bois : menthe et truffe noire à l'aération, sans développer encore de véritable complexité aromatique. La bouche, refermée, voire resserrée sur des tanins présents indique, par sa tension et ses notes légèrement réductives de lard fumé, que le vin n'est pas prêt et qu'il faudra attendre également. Cette bouteille n'a pas fait la totale unanimité des dégustateurs, comme les Testamatta 2000 et 2007 !

 

 

Ce fut une belle dégustation de vins rares, d'accès souvent difficile, qui a prouvé - à ceux qui en avaient encore besoin - que les grands cépages toscans, quand on se donne la peine de les cultiver et de les vinifier avec soin, peuvent produire de bien belles bouteilles !

 

C-R : Yaïr Tabor

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins