• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Italie arrow Tenuta di Valgiano (Toscane) avec Laura di Collobiano
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Tenuta di Valgiano (Toscane) avec Laura di Collobiano Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Tenuta di Valgiano (Toscane)

avec Laura di Collobiano

 

 

Grains Nobles, le jeudi 23 septembre 2010

 

 

Ce domaine de 60 ha, dont 25 de vignes et 10 d'oliviers, est situé au nord ouest de la Toscane près de la ville de Lucca (Lucques en français). Les vignes sont plantées entre 230 et 270 m d'altitude sur des sols calcaires recouverts d'argiles, de sables et de galets roulés. Elles bénéficient d'un climat assez frais avec des entrées maritimes.

Le sangiovese, complété d'anciens cépages locaux, domine l'encépagement ; il est associé au merlot et à la syrah, pratique parfois répandue dans cette partie nord de la Toscane.

Laura di Collobiano et Moreno Petrini ont acheté cette propriété en 1993 et en ont confié la vinification à l'œnologue Saverio Petrilli.

Jusqu'en 1998, les pratiques culturales étaient conventionnelles et, en 1999, le domaine s'est converti à l'agriculture biologique pour évoluer vers la biodynamie à partir de 2002 : une certification Demeter a d'ailleurs été obtenue.

En culture comme en vinification, beaucoup de pragmatisme, le minimum d'intrants, des levures indigènes et peu de soufre. Bien évidemment des vendanges manuelles, un égrappage des raisins, une cuverie en bois, une utilisation judicieuse de la gravité.

Les vieilles vignes situées autour de la villa constituent le Grand Vin alors que le second vin provient de jeunes vignes plus excentrées.

Un peu plus de 80 000 bouteilles sont généralement produites chaque année.

 

La dégustation :

 

Palistorti rosso 2008 :

Palistorti signifie ‘poteau tordu' en italien. C'est le second vin du domaine, produit avec environ 70% de sangiovese et des cépages locaux minoritaires, 15% de syrah et également 15% de merlot. Il a été élevé en béton  pour 1/3 de la récolte et en barriques de fûts usagés - seulement 10% de bois neuf - pour les autre 2/3. 2008 fut une année difficile avec mildiou et pluie ayant entraîné une perte de récolte.

La bouteille s'est goûtée sur le fruit, avec une pointe d'orange sanguine et de tomate. En bouche de la fermeté, une combinaison d'acidité et de tanins typique des vins de sangiovese et de l'amertume en fin de bouche. Un vin encore un peu rugueux qu'il faudra attendre

 

Tenuta di Valgiano 2008 :

Globalement le même assemblage de raisins que le second vin mais des vignes plus âgées -  datant de 1959  en moyenne - et un élevage totalement en barrique avec 20% de bois neuf.

Intéressant de comparer les deux vins dans ce même millésime difficile car le « Grand Vin » possède une élégance, un naturel, des tanins beaucoup plus soyeux. Derrière des notes de tomates vertes, de menthe, d'herbes fraîches, on retrouve la trame propre au cépage dominant mais la puissance et l'acidité sont déjà domestiquées. Belle réussite ...

 

Tenuta di Valgiano 2007 :

Un millésime très chaud, typique d'un climat Toscan plus méridional, qui ne s'est pas très bien dégusté ce soir.

Un nez poudré, au boisé présent, presque dérangeant, a perturbé la plupart des dégustateurs. Phase passagère selon la propriétaire ! En bouche, une pointe d'alcool, voire de sucrosité, combinée à des tanins un peu accrocheurs et presque secs en finale. A attendre impérativement ...

 

Tenuta di Valgiano 2006 :

Profil plus classique pour cette bouteille avec des notes florales, des fruits noirs, des épices, de l'olive noire, de la rondeur et une forme de plénitude. Les tanins sont présents mais gras : ils enrobent le vin, lequel se retend, s'allonge à l'air. Belle réussite ...

 

Tenuta di Valgiano 2005 :

Les millésimes se suivent et les vins ne se ressemblent pas. Ce 2005 s'est avéré un peu évolué avec des touches de musc, de pruneaux, une acidité assez présente qui en fait plus un vin de repas que de dégustation. La matière est moyennement concentrée, les tanins un peu rêches et la finale présente des amers assez marqués.

 

Tenuta di Valgiano 2004 :

2004 fut un beau millésime avec un hiver froid et neigeux.

Le vin s'est dégusté plein, dense, sapide, sanguin avec une matière très équilibrée et une finale saline et longue. Presque un archétype d'un vin toscan traditionnel avec une pointe de modernisme - ou de civilisation, selon certains -  qui l'arrondit et le magnifie ...

 

Tenuta di Valgiano 2001 :

Les vendanges furent très précoces, à la fin du mos d'août, et l'assemblage un peu différent avec 80% de sangiovese (incluant les cépages locaux) et 20% de syrah.

Au nez, de la réduction, puis des notes terreuses, fumées, poudrées. La bouche s'est montrée un peu plus sèche que dans les vins récents avec une rétro olfaction viandée et salin. C'était le dernier millésime avant l'ère biodynamique.

 

Palistorti rosso 2007

Contraste important avec le vin précédent. Ici des arômes de jeunesse sur les fruits rouges, le cacao et une bouche puissante, riche, épicée mais souple sans l'accroche tannique du Grand Vin du même millésime.

 

Palistorti Bianco 2007

Assemblage de cépages assez complexe : 50% de vermentino, 25% de trebbiano et malvoisie, 25% de chardonnay et sauvignon.

Paradoxalement, à l'ouverture, le nez de ce vin est assez marqué par le côté variétal du sauvignon, puis apparaissent des notes florales assez fines combinées à une légère pointe d'hydrocarbures.

En bouche, densité, pointe de gaz, sensation de glycérol voire de légers sucres résiduels et une finale mêlant la salinité et l'alcool. Intéressant ...

 

Vino santo

Composé du cépage colombana, issu des millésimes 1994 et 1998, ce vin passerillé issu de raisins séchés sur pieds et sur claies a présenté un profil aromatique intéressant : une belle oxydation - notes de figues -, des arômes volatils,   une bouche complexe mêlant une forte sucrosité - liqueur de café, sirop d'érable - à une trame acide rafraîchissante. Grande longueur en bouche et finale sur des fruits secs.

 

 

Nous avons également pu goûter - en véritable primeur - des moûts de syrah et de merlot du millésime 2010 que la propriétaire avait spécialement apporté. La fermentation alcoolique était à peine terminée et la dégradation malolactique n'était pas encore enclenchée. Intéressant de voir les aspects variétaux des cépages dans leur prime jeunesse !

 

 

 Une huile d'olive  de la récolte 2009, produite à partir de 3000 oliviers, à base principalement de frantoio mais également de variétés plus anciennes et locales telles la Lecchina, a également été goûtée : un fruité vert et poivré, une acidité équilibrée, de l'ardence sans agressivité, une finale poivrée.

 

Belle soirée présentée par une propriétaire dynamique, parfaitement bilingue - il est vrai qu'elle a vécu sa prime jeunesse en France - et des vins très intéressants prouvant bien que le sangiovese, quand il est bien conduit et judicieusement associé, peut combiner finesse, élégance et authenticité.

 

CR : YT

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins