• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Bourgogne arrow Domaine de la Romanée-Conti : Millésime 2007
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Domaine de la Romanée-Conti : Millésime 2007 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Domaine de la Romanée Conti

Millésime 2007

 

Présenté par Aubert de Villaine

Avec Michel Bettane et Bernard Burtschy

 

 

 

Grains Nobles le jeudi 16 décembre 2010

 

 

Avant de débuter la dégustation du millésime 2007, Aubert de Villaine nous dresse un point complet sur les conditions climatiques et les vendanges. 2007 est assurément un millésime hors norme, où l’on a l’impression d’être battu jusqu’à trois semaines avant les vendanges. Et puis le pinot noir, en fin de course, arrive à des maturités incroyables en un temps assez court. Le mois d’avril s’est pris pour juillet, avec une climatologie très chaude, annonçant une sortie précoce des raisins. Le vent des Rameaux (qui commande en général le vent de l’année) était du Nord. Tout le monde pensait alors à des vendanges précoces. Le mois de mai a été plutôt mauvais. La fraîcheur et la pluie ont apporté une pression de mildiou et d’oïdium, avec en plus du botrytis (phénomène extrêmement rare à cette période de l’année). La floraison a été très longue puisqu’elle s’est déroulée sur 3 semaines, mais le temps a été plus favorable à ce moment. C’était l’annonce d’une récolte millerandée (les très petits raisins sont toutefois signes de qualité), de quantité moyenne avec des maturités décalées. La curiosité est le décalage entre le pinot noir et le chardonnay, ce dernier ayant toujours conservé une dizaine de jours de retard sur la maturité (c’est en général l’inverse). L’avance de maturité s’est ensuite perdue au cours de l’été. La véraison s’est faite autour du 20 juillet. Les conditions météorologiques ont dès lors été relativement défavorables, avec l’apparition de pluies et d’orages. L’attaque de botrytis a été forte sur le pinot noir (ce qui est également très rare), mais heureusement son avancée a été freinée par le froid. Aubert de Villaine souligne qu’ "on s’estimait quasiment battu par ces conditions". Toutefois, à partir du 20 août, le soleil accompagné de vent du Nord ont permis de sécher les raisins. Le processus de maturation a été rapide (grâce à une photosynthèse importante et à la concentration par le vent du Nord) puisque les raisins gagnaient entre 1 et 1,5° par semaine. Les vendanges (pinot noir) ont commencé très tôt, au 1er septembre et se sont étalées sur dix jours. Elles ont été qualifiées de "travail de haute couture", en raison des différents passages dans les vignes et des tris (autant à la vigne qu’au domaine grâce à la table de tri). Le deuxième passage à la vigne permet de produire dans certains millésimes le Vosne Romanée 1er cru cuvée Duvault Blochet, ce qui n’a pas été le cas en 2007. Le chardonnay du Montrachet a connu une floraison et une véraison tardives. Les quelques orages début août ont eu moins d’impact sur les raisins qu’en Côte de Nuits car ils étaient moins avancés. La parcelle a été vendangée le 17 septembre.

Malgré toutes ces conditions délicates, le domaine n’a jamais lâché ses options biologiques et biodynamiques. 30 à 40% des raisins ont été éraflés. Les fermentations malolactiques ont été précoces, ce qu’Aubert de Villaine n’apprécie pas particulièrement. Il a fallu soutirer les vins rapidement en raison de la réduction. Toutefois ce "choc précoce" n’a pas empêché les vins d’évoluer de manière favorable en cours d’élevage. Les vins sont aromatiques et délicats. "La biodynamie apporte une finesse de maturité", et aucun vin n’a été chaptalisé.

 

 

Echezeaux

14.796 bouteilles récoltées. Bouteilles servies : No 12082 et 12083.

LEchezeaux se présente de manière séduisante, avec de subtiles notes de fruits rouges (cerise et framboise), de cassis et une touche de vanille. Le vin est fin, légèrement acidulé et souple en bouche. La finale est transparente, sans marque de tannins. Les épices se développent en bouche avec laération. Lensemble est léger, séducteur et de demi corps.

 

 

Grands-Echezeaux

9.052 bouteilles récoltées. Bouteilles servies : No 07497 et 07498.

Très épicé, le vin souvre sur des notes de fruits noirs, de violette et de réglisse, avec une pointe florale et un trait végétal. La bouche dispose dune belle structure, avec des tannins présents mais bien fins. La finale livre dintenses notes de poivre de Sichuan et présente une belle longueur.

 

 

Romanée-Saint-Vivant

13.976 bouteilles récoltées.

Bouteilles servies : No 11.490 et 11491.

Aérienne et élégante, la gamme aromatique se compose de notes florales (rose) et de framboise. La bouche monte en puissance pour libérer des épices tout en gardant un toucher soyeux et fin. Ce nest pas un vin de matière mais plutôt de finesse et de délicatesse. La finale est plus tendre avec des tannins légèrement épicés qui ajoutent de la longueur. Une très belle bouteille!

 

 

Richebourg

13.635 bouteilles récoltées.

Bouteilles servies : No 11091 et 11092.

Le Richebourg offre clairement un nez plus mûr avec une touche de boisé grillé se mêlant aux notes de fraise des bois, de fruits noirs et dépices orientales. Il présente également un côté fumé, terrien et viande à laération. La bouche est pleine, complexe mais les tannins (sensation légèrement granuleuse) doivent encore se fondre dans la matière. De la patience est recommandée.

 

 

La Tâche

16.844 bouteilles récoltées.

Bouteilles servies : No 13728 et 13729.

Une robe dense annonce un vin plus riche, dévoilant un nez très complexe de violette, de mûre et dépices. Le vin a du volume et du gras, à la fois puissant en milieu de bouche et laissant place à des tannins raffinés et des notes de fruits rouges avec une pointe florale en finale. Le toucher de bouche est extrêmement sensuel et la longueur splendide.

 

 

Romanée Conti

4.088 bouteilles récoltées.

Magnum servi : No 00152.

Lexpression aromatique de "la Conti" est comme chaque année saisissante. On ne peut la confondre avec les vins précédents, grâce à sa combinaison de notes florales et son trait vert et herbacé. Le vin est puissant en bouche autour d’une structure complexe et épicée. La finale montre une légère amertume qui tend le vin et le rend vif et strict pour le moment. Seules quelques personnes auront le privilège de goûter ce vin à pleine maturité (il faudra tout de même attendre idéalement une vingtaine d’années) mais auront alors une expérience unique.

 

 

Montrachet

3.799 bouteilles récoltées.

Bouteilles servies : No 02896 et 02897.

Le vin est initialement sur la réserve au nez, mais souvre magnifiquement quand il se réchauffe dans le verre pour offrir un bouquet dune complexité rare, allant des fruits jaunes aux fruits exotiques, avec de la vanille, de lacacia et une touche de miel, damande fraîche et de citron confit. Linfluence du botrytis est notable au nez, sans pour autant alourdir le vin. La puissance en bouche est magistrale mais soutenue par une grande vivacité en finale. La longueur nous laisse sans voix et cest tout simplement un grand vin dun style unique!

 

 

Aubert de Villaine nous a une fois de plus transporté dans le monde magique des grands vins de Bourgogne, parfumés, raffinés et sensuels. Son engagement et sa connaissance, quils aiment faire partager à Grains Nobles comme ailleurs, témoignent dune très grande classe. Nous tenons une fois de plus à le féliciter et à le remercier.

 

 

CR : David Rayer

 

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins