• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Italie arrow Domaine Foradori (Trentin) avec Elisabetta Foradori
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Domaine Foradori (Trentin) avec Elisabetta Foradori Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Domaine Foradori
avec Elisabetta Foradori

 (Trentin, Dolomites)

en présence de Michel Bettane et Jean-Emmanuel Simond

 

 

Grains Nobles le jeudi 28 avril 2011,

 

Elisabetta Foradori est née aux confins de la vallée de la Noce, dans le Trentin, près des villes de Mezzolombardo et Mezzocorona, lieu traditionnel de vins de paille et de vinsanto. Ici, diverses populations se sont mélangées au cours des siècles passés, tels les Francs, les Lombards, les Tyroliens, les Autrichiens et les Italiens. L’histoire de cette contrée italienne est donc très liée à celle du Tyrol.

Le domaine a été acheté en 1935 par Vittorio Foradori, et Elisabetta, œnologue de formation, en a pris la direction au milieu des années 1980 après la mort soudaine de son père Roberto.

 

La région du Trentin représente environ 1,5% du vignoble italien et comprend 60 petits domaines dont 80% apportent leurs raisins à la cave coopérative

 

Elisabetta a beaucoup travaillé sur la biodiversité, elle a réhabilité l’usage des sélections massales et des cépages locaux et elle a remis en pratique les traditions abandonnées depuis longtemps. Le domaine est en biodynamie depuis une dizaine d’années, les vignes ne sont pas rognées et les apex sont attachés, tâche facilitée par le mode de conduite de la vigne.

Le vignoble – 25 ha avec une densité moyenne de 6000 pieds/ha – est principalement planté en cépage Teroldégo, variété locale, nordiste, presque sauvage et à tendance rustique, qui connut son heure de gloire à Vienne bien avant la 1ère guerre mondiale. La famille Foradori a remis en valeur ce cépage qui a sa place dans la mosaïque des nombreux cépages italiens.

 

En vinification, des levures indigènes, le minimum d’intervention et presque pas de soufre, avec des particularités selon les différentes cuvées.

 

 

La dégustation :

 

Les vins rouges :

 

Teroldego Rotaliano DOC Foradori

 

Le Teroldego Rotaliano est produit sur 15 ha dans une zone géographique bien délimitée, une sorte de renfoncement de la vallée de l’Adige bordé par des montagnes. Cette vallée est très liée à la rivière Noce qui a déposé d’énormes  quantités de calcaires, cailloux, granites et sables. Ce vin est un assemblage de différentes parcelles issus de sols assez variés. Il est fermenté en cuves inox et élevé en vieux foudres pendant un an et demi.

 

2008 :

Un vin encore dual au nez fruité, épicé, sanguin, à l’attaque de bouche fraîche, tendue mais dont le milieu de bouche n’est pas encore en place avec une matière en retrait, des tanins présents, voire un peu rustiques et une finale amère.

 

2007 :

Plus élégant et original que le précédent avec de belles notes végétales faisant penser à des herbes de montagne, une pointe de réglisse, une amertume sapide combinée à une touche d’alcool qui équilibre le vin. Un caractère affirmé …

 

2005 :

Profil de vin différent avec plus de matière, de la générosité, des notes chocolatées, voire pimentées avec une touche de poivron rouge. Une belle combinaison d’élégance et de puissance dans une approche plus solaire avec néanmoins une finale saline.

 

2004 (Magnum) :

Malgré le grand contenant, le vin a présenté un début d’évolution sur le cuir, la violette, voire l’alcool de fruits blancs. En bouche, une matière souple, fondue, fraîche, aux tanins patinés mais avec une amertume en finale toujours présente, sans agressivité.

 

 

Sgarzon - Teroldego Vigneti delle Dolomiti IGT 2009 (Magnum)

Sgarzo signifie “pousse” et les vins de ce petit et vieux vignoble de 1 ha sur sables et galets bénéficient d’un climat montagnard froid. Ils possèdent de la vitalité et de la fraîcheur selon la vigneronne.

Les jus macèrent 8 mois sur peau dans des amphores d’argiles de 450 l puis sont élevés 3 mois en fûts de chêne.

Pour ce vin, une réduction passagère a vite laissé place à des arômes fins et mentholés, épicés également.

La tension s’est retrouvée en bouche avec une combinaison de fruits assez concentrés et d’une pointe de verdeur que le temps va adoucir.

 

 

Morei - Teroldego Vigneti delle Dolomiti IGT 2009 (Magnum)

Morei signifie noir en dialecte local et les raisins de ce petit cru de 1 ha plongent leurs racines dans un sol de sables, de pierres et de cailloux. Ici aussi les vignes ont 50 ans d’âge moyen et les raisins sont également vinifiés 8 mois sur peaux en amphore, comme pour le vin précédent.

Ce vin est plus dense, plus mûr, plus pur et tendu que Sgarzon. Il possède un très beau fruit et les tanins sont enrobés, gras et longs. Une belle combinaison de minéralité et de densité !

 

Ces deux derniers vins, vinifiés séparément depuis le millésime 2009, démontrent bien l’adaptabilité du Teroldego au terroir et au mode de vinification.

 

 

Granato – Teroldego Vigneti delle Dolomiti IGT

Ce vin dont le nom est tiré du mot “grenade” prend racine dans les pierres, les cailloux de 5 vignobles distincts de Rotaliano. De 25 à 30 000 bouteilles sont produites chaque année sur les 5 ha de vieilles vignes situés au centre de la plaine. Le vin est fermenté en foudres ouverts et élevé en barriques et en foudres.

 

2008 :

Un boisé encore présent, avec un développement aromatique sur la menthe et la violette. Une bouche pleine mais avec un support acide marqué, voire puissant et une finale aux tanins un peu rustiques, non dénuée d’amertume. Le vin – et son élevage – doivent se fondre …

 

2007 :

Plus de finesse, avec un boisé quasiment intégré, des notes de cendre et de suie. Des tanins gras, enrobés, une bouche concentrée, fruitée, mûre et longue. Belle réussite !

 

2006 (magnum) :

Un nez très italien, presque « toscan », sanguin, avec des touches de tomates séchées, d’oranges sanguines et des épices. Une bouche pleine et mûre avec de la fève de cacao, bref un bel équilibre entre matière, acidité et élégance.

 

2004 (magnum) :

Au nez, du grillé un boisé chocolaté, un peu de tomates séchées, le tout dans un contexte de légère réduction. La bouche s’est présentée un peu sèche avec un alcool présent, voire brulant qui a sans doute légèrement déséquiliber le vin.

 

2003 :

Un nez fumé, grillé, au boisé intégré, avec des notes mentholées.

De la tension en bouche mais sans sécheresse avec une belle acidité, des tannins présents et sapides. Un vin classique, assez frais, au boisé bien intégré. Une belle surprise pour le millésime !

 

2001 :

Au nez, des notes de pins et de résine, avec du pain grillé.

Une bouche d’un abord facile, presque suave, avec une finale ronde et de beaux amers (Fernet-Branca). Une facture un peu plus « moderne ».

 

2000 :

Un nez fumé, floral (violette), légèrement animal avec quelques traces d’élevage.

En bouche une pointe de sécheresse (élevage imparfait ?), des amers puissants, et presque une sensation de violence.

 

 

Les vins blancs :

 

Myrto Vigneti delle Dolomiti IGT 2009 Fontanasanta - Manzoni Bianco

Issu de 3 ha de sols d’argiles et de calcaires, les raisins de ce vin sont tardifs. De pur cépage Manzoni, croisement de Riesling et de Pinot Blanc, depuis le millésime 2009 – complémenté avec du sauvignon blanc jusqu’en 2008 – cette bouteille a besoin de temps pour se révéler, selon la propriétaire.

Précédée de 10 j de macération pelliculaire, la fermentation et l’élevage sont effectuées en fûts d’acacia avec conservation des lies jusqu’à la mise en bouteille.

Ce vin s’est montré plutôt simple, sur le ferment, avec du gaz carbonique et des arômes frais d’agrumes et de pamplemousse. Il n’exprime pas encore sa complexité …

 

 

Fontanasanta - Nosiola Vigneti delle Dolomiti IGT 2009

 

Le Nosiola est un cépage ancien, natif du Trentin et du Lac de Garde, cultivé maintenant surtout sur les collines surplombant la région, à environ 400 m d’altitude. Les sols rouges sont pauvres, de nature argilo-calcaire et les vignes de 2 ha, en location depuis plus de 30 ans, sont désormais travaillées en biodynamie après une conversion en agriculture biologique.

Ce cépage fermente sur ses peaux en amphore pendant 8 mois puis est élevé 2 mois en chêne d’acacia principalement.

Beaucoup d’expression aromatique pour ce vin avec de la fleur d’oranger, de la liqueur d’orange, des pêches blanches. En bouche, de la tension, une acidité marquée mais pas agressive, et cette sensation inimitable de tannins propre aux vins blancs issus de macération. La finale est marquée par de très beaux amers. La vigneronne conseille de ne pas servir cette bouteille trop fraîche, c a d aux environs de 14 ou 15°.

 

 

Ce fut une belle dégustation animée par une vigneronne passionnée, connaissant parfaitement son terroir et ses vins représentatifs d’une région authentique qui a réussi à conserver un cachet traditionnel, sans aucune rusticité.

 

 

C-R : Y.T

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins