• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Bourgogne arrow Domaine de l'Edre (Roussillon) avec Jacques Castany
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Domaine de l'Edre (Roussillon) avec Jacques Castany Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Domaine de l’Edre
(Côtes du Roussillon)
avec Jacques Castany

 

Grains Nobles le jeudi 6 octobre 2011

 

 

Jacques Castany – travaillant dans les transports – et Pascal Dieunidou – informaticien – ont créé le domaine de l’Edre en 2002 à Vingrau, en Roussillon. Cette localité dont le nom signifie les vingt grades (marches) est située à 20 km au nord de Perpignan, au pied des Corbières.

Les deux propriétaires, anciens coopérateurs, sont issus de familles paysannes et souvent vigneronnes.

Passionné de vins, Jacques Castany a monté un club de dégustation à Vingrau en 1993 et c’est tout naturellement qu’il a « sorti » les 5 ha de vignes familiales de la cave coopérative. Pascal Dieunidou l’a rejoint en achetant progressivement des vignes pour les intégrer dans cette association.

Aujourd’hui, les 10 ha de vignes réunies produisent 20 000 bouteilles sur 3 cuvées.

Le domaine a grandi progressivement : il est passé d’une cuvée de 2000 bouteilles de vin rouge en 2002 à la production actuelle en 2010.

Une cuvée de vins blancs, Carrément Blanc, et deux cuvées de vins rouges sont produites : Carrément Rouge et Edre, cette dernière issue d’une sélection de certaines parcelles particulièrement qualitatives, souvent les mêmes d’une année sur l’autre.

 

Les vignes sont situées sur les coteaux argilo-calcaires et les marnes schisteuses du cirque de Vingrau. Elles sont plantées à 1,5 m X 1,5 m et les sols sont travaillés avec l’aide d’un vieux chenillard, quand c’est possible. Le vignoble est composé de vieux grenaches de 60 ans, de très vieux carignans de 80 ans, de jeunes clones de syrah (15 ans) et, depuis peu, de très jeunes vignes de mourvèdre de 7 ans. Egalement cultivées des vieilles vignes de 70 ans de grenache blanc et gris ainsi que des vieux plants de maccabeu. Un apport de roussanne récent complète l’encépagement des vins blancs dont les vignes sont situées sur les zones les plus fraîches.

Le domaine est conduit en lutte raisonnée avec le minimum de produits chimiques compte tenu des conditions climatiques. Les travaux en verts sont pratiqués en fonction des besoins. En moyenne, plus de 3 personnes travaillent à la vigne.

Des beaux fruits croquants sont recherchés pour la vendange, évidemment manuelle. La vinification s’effectue en levures naturelles.

Les blancs sont vendangés en cagettes et transportés en camion frigorifique. La vendange est légèrement sulfitée (3 gr/hecto), pressurée au froid, doublement débourbée sans intrant. La fermentation s’effectue pour moitié en cuve, pour moitié en barrique et les moûts sont régulièrement bâtonnés. La fermentation malolactique n’est pas recherchée.

En vin rouge, la vendange est égrappée, sulfitée à environ 2 gr/hecto à l’encuvage. Les moûts fermentent en cuve –sauf pour la cuvée haut de gamme Edre – et sont remontés et/ou pigés doucement. La macération peut durer de 4 semaines à 6 semaines (Edre).

Les vins sont soutirés une à deux fois pendant l’hiver et sont mis en bouteille sans collage (pour les blancs.) Ils sont légèrement filtrés.

Edre est vinifiée par terroir et par cépage en ½ muids ouverts et élevée en barriques dans lesquelles a lieu la fermentation malolactique. L’assemblage se fait au printemps avec la possibilité de déclasser certains lots en Carrément Rouge.

 

 

La dégustation :

 

Les Blancs :

 

Côtes du Roussillon Carrément Blanc 2010 :

55% de grenache blanc, 25% de grenache gris, 10% de roussanne, 10% de maccabeu

La mise en bouteille récente – juin 2011 – se fait encore sentir par des arômes fermentaires de poire, de fleurs.

En bouche, du perlant, de la salinité équilibrés par du gras et une légère pointe de sucrosité. La finale présente une amertume d’agrumes

 

Côtes du Roussillon Carrément Blanc 2009 :

Même encépagement que le vin précédent mais un style très différent avec un boisé plus présent, un soupçon d’oxydation, des notes de curry. En bouche, de la puissance, une fraîcheur saline et une sensation de tanins. Le vin se retend, rajeunit à l’air.

 

Vin de Pays des Côtes Catalanes Carrément Blanc 2007 

55% de grenache blanc, 35% de grenache gris et 10% de maccabeu.

Un profil oxydatif ici aussi avec une pointe de sucrosité mais de la tension. Toujours des notes de curry, d’épices avec une finale sur la truffe blanche. Un vrai vin de gastronomie.

 

 

Les Rouges :

 

Côtes du Roussillon Village Carrément Rouge 2010 :

50% de syrah, 25% de grenache, 25% de carignan et mourvèdre, mise en bouteille en juin 2011.

Une légère pointe de réduction, puis des fruits rouges croquants et une touche de tomate verte. En bouche, la fraîcheur et le fruit perçus au nez dominent mais la finale est un peu courte.

 

Côtes du Roussillon Village Carrément Rouge 2009 :

Globalement le même encépagement qu’en 2010.

Un vin plus puissant, légèrement grillé bien que n’ayant pas vu le bois, avec une forme d’élégance et des notes épicées, poivrées. Bref, cette bouteille possède un charme « oriental » dans une construction assez tendue.

 

Côtes du Roussillon Village Carrément Rouge 2008 :

50% de syrah, 30% de grenache, 20% de carignan. Des conditions climatiques correctes mais moins faciles qu’en 2009 ou 2010.

Le nez s’est montré expressif et floral, sans réduction. En attaque de bouche de la suavité, puis un retour d’amertume avec une pointe de sécheresse semblant indiquer un léger manque de maturité phénolique, le tout formant un ensemble facile à boire, plus accessible à table qu’en dégustation pure.

 

Côtes du Roussillon Village Carrément Rouge 2005 :

Même encépagement qu’en 2008, mais une météo propice a favorisé la bonne maturation des raisins.

Une première bouteille un peu évolué ; la seconde, plus fraîche, plus expressive et aromatique a joué dans un registre sanguin et délié en s’ouvrant sur de beaux arômes de sous-bois et de moka. Assez belle suavité en bouche

 

Côtes du Roussillon Village l’Edre 2010 :

Ce vin – composé de 60% de syrah, 20% de grenache et 20% de carignan et de mourvèdre – est encore en élevage.

Il n’est donc pas étonnant que la prise de bois soit prononcée et que le vin ne soit pas encore « en place ». On perçoit une belle matière, des tanins gras et enrobés mais également une forme de sucrosité sans doute due au bois.

 

Côtes du Roussillon Village l’Edre 2009 :

57% de syrah, 22% de grenache, 14% de carignan, 7% de mourvèdre.

Une belle matière puissante et fine avec des tanins présents mais enrobés. Ce vin évolue entre tension, structure, salinité et épices dans un style moderne. Il va certainement bien évoluer et aurait sans douté mérité un carafage préalable.

 

Côtes du Roussillon Village l’Edre 2008 :

Globalement 60% de syrah, 20% de grenache et 20% de mourvèdre.

Belle réussite pour ce vin floral, frais et fin, présentant même une forme de délicatesse. Manifestement les meilleurs lots ont bien été sélectionnés pour cette cuvée !

 

Côtes du Roussillon Village l’Edre 2007 :

Même encépagement qu’en 2008. 2007 fut un millésime chaud et abouti et les quelques pluies de la fin du mois d’août ont déstressé les vignes qui avaient le plus souffert de la chaleur.

Un vin aux arômes méditerranéens – garrigue, menthe –, frais et fumé et cependant une bouche plus « nordiste ». Il est déjà bien ouvert et doté d’un bel équilibre entre finesse et tension combiné à une trame saline. Belle réussite …

 

Côtes du Roussillon Village l’Edre 2004 :

Même encépagement qu’en 2007. Un millésime plus classique et donc plus frais que son ainé.

Ce vin est entré dans sa phase de consommation. Il présente des arômes de juste maturité et de tout début d’évolution. Encore sur le fruit, avec des notes de cacao, des tanins présents et savoureux, le tout dans une construction tendue et pure.

 

Côtes du Roussillon Village l’Edre 2003 :

1/3 de grenache, 1/3 de syrah et 1/3 de carignan pour ce vin – première production du domaine – issu d’un millésime chaud et sec.

La proportion de grenache plus importante confère un léger rancio à ce vin complexe, fin, mentholé. Une pointe d’acidité volatile a tendance à sécher un peu le vin mais la finale sur des notes d’oranges confite possède une belle longueur. Bel exercice pour un début !

 

 

Un domaine récent, un vigneron qui se pose des questions et cherche à faire bon. De jolis vins mais pourquoi autant de syrah dans l’encépagement des vins rouges. N’est-il pas dommage ne pas plus privilégier les très vieilles vignes autochtones de carignan  et surtout de grenache ?

 

 

C-R : YT

 

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins