• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Autres arrow Terrazas de Los Andes & Cheval des Andes (Argentine)
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Terrazas de Los Andes & Cheval des Andes (Argentine) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Terrazas de los Andes
Cheval des Andes
par Roberto de la Mota

Vins argentins

 

Grains Nobles le lundi 12 septembre 2005

 

INTRODUCTION
La vigne est arrivée en Argentine au 16e siècle avec la conquête de l’Amérique latine. Les cépages qui y furent initialement plantés étaient des cépages productifs et peu qualitatifs, issus de raisins secs (on  parle dans ce cas de « cépages créoles »). C’est un bordelais, Michel Pouget, qui a introduit dans le pays, à partir des années 1850, les cépages qualitatifs venus d’Europe. Comme on pouvait s’y attendre, les cépages bordelais ont eu la part belle. Mais deux cépages auront finalement un succès considérable : le malbec (cépage vedette de Cahors) en rouge et le sémillon (grand cépage bordelais) en blanc. Ce succès est tel que le malbec est aujourd’hui cultivé sur environ 50 000 ha, soit presque deux fois la surface totale de la Champagne…
Après une période difficile dans les années 1940, marquée par la faiblesse des échanges avec l’étranger et donc par une consommation principalement locale (93 L/habitant/an, en moyenne), le vignoble a pris son essor, atteignant, avec ses 390 000 ha, le rang de 5e producteur mondial. Depuis la fin des années 1990, la tendance est à une perte de vitesse des vins de consommation courante baisse au profit d’un développement des vignobles plus qualitatifs.
Le vignoble argentin présente, au-delà de l’encépagement, des spécificités importantes en termes de terroir et de techniques viticoles.
Première caractéristique : c’est un vignoble d’altitude. L’altitude est un paramètre clef de la définition des terroirs argentins. Elle joue en effet un rôle majeur dans la régulation thermique et donc dans le micro-climat qui caractérise chaque vignoble. Elle remplace, notamment à Mendoza, l’influence maritime ou océanique que connaissent la plupart des autres grands vignobles européens (Mendoza est à 1100km de l’Atlantique et à 500 km du Pacifique, derrière la cordillère des Andes). Enfin, l’altitude est d’autant plus importante que la composition minérale des sols de Mendoza est presque partout semblable (pas de calcaire, beaucoup de potassium, alluvions tractés via les Andes) aux différences de texture près (sols plus ou moins de caillouteux et donc caractérisé par des rétentions variables en eau).
Deuxième caractéristique : l’irrigation et l’absence de porte-greffes. Contrairement à la plupart des vignobles qualitatifs européens, l’irrigation est autorisée en Argentine. Celle-ci est nécessaire, vue l’intense sécheresse qui caractérise l’essentiel des sols. Elle n’est cependant pas conduite, dans les meilleurs vignobles, dans l’optique « technologique » des pratiques modernes, utilisées dans les pays du Nouveau Monde (et notamment en Australie). L’irrigation argentine est une irrigation traditionnelle (par inondation), déjà pratiquée par les indiens qui diffère fondamentalement du « goutte à goutte ». Il ne s’agit pas, en effet, d’abreuver la plante à la demande mais de recréer, d’une certaine façon, les caractéristiques hydrologiques des grands terroirs qualitatifs. Ceux-ci se caractérisent, en Europe, par des pluies importantes en hiver et au printemps, qui permettent au sol d’emmagasiner des réserves en eau dans lesquelles la vigne puisera pendant la période, relativement sèche, de maturation. De la même manière, l’irrigation traditionnelle argentine essaye d’imiter ce cycle en irriguant pendant l’hiver et jusqu’à la véraison. On essaye ainsi de doser les quantités d’eau apportées au sol pour avoir, au final, 15 feuilles au minimum pour un rameau supportant une grappe et 15 à 17 rameaux (la floraison dépend largement des éléments emmagasinés par la plante l’année précédente). Cette approche procède d’une réflexion poussée sur le végétal. C’est une donnée capitale pour une viticulture qualitative (relativement peu étudiée en France). Un deuxième objectif de l’irrigation est de contenir le phylloxera, qui n’aime pas l’eau, et ainsi de cultiver des vignes « franche de pieds », dont beaucoup sont particulièrement vieilles. Sur ce type de plants, non greffés, la sève circule mieux et la durée de vie des pieds est supérieure. Enfin, notons que le rendement de la vigne est directement lié au niveau d’irrigation (déjà vrai chez les indiens). Irriguer est donc nécessaire mais avec modération…
Troisième caractéristique : la durée de maturation des raisins est particulièrement longue, du fait de l’altitude (1,5 à 2 fois plus longue, à cépages identiques, que les durées de maturation européennes). Or cette données est également capitale en termes qualitatifs : plus la période de maturation est lente, plus complexe sera le vin.

LES CUVEES DEGUSTEES
La dégustation s’est déroulée autour de quatre cuvées, propriétés du groupe LVMH (depuis 1963, pour Terrazas) :
· une cuvée en blanc (Terrazas Reserva Chardonnay),
· et trois cuvées en rouge (Terrazas Afincado Malbec, Terrazas Afincado Cabernet et Cheval des Andes).
La cuvée Terrazas Reserva Chardonnay vient de la région volcanique de Tupungato dont la caractéristique est de donner des vins intenses conservant une belle acidité issus de raisins mûrs, généralement vendangés vers le 15 mars (nous sommes dans l’hémisphère sud !) ou en février pour les vignes les moins élevées. Ce vignoble, issu de plans bourguignons, se distingue par la jeunesse de ses vignes (1992), par un sol très sec et caillouteux (la région est désertique : 1200 mm par an, en quelques orages d’été). Il est donc irrigué en utilisant les eaux des rivières, de la fonte des neiges… Le Chardonnay est vinifié de manière traditionnelle : pressé, élevé pendant 8 mois en fût de chêne (20% sont américains et 80% sont européens) dont 20% de barriques neuves.
La cuvée Terrazas Afincado Malbec, comme la cuvée Terrazas Afincado Cabernet, sont des cuvées de prestige. La première est issue des vignobles de Las Compuertas (terrasses de Vistalba, à 1067 mètres d’altitude). Ce terroir de 4 ha connaît des écarts réguliers de température de 15°C entre le jour et la nuit. Les vignes, franches de pieds et irriguées de façon traditionnelle,  sont plantées à une densité de 5500 pieds/ha, taillées en guyot et vendangé tardivement. La vendange s’effectue en effet  autour de la 2e ou 3e semaine d’avril. La période de maturation (entre la véraison fin décembre - début janvier et la vendange) atteint donc 70 jours contre 45 jours, en moyenne, à Bordeaux, engendrant des vins complexes, concentrés et colorés. La vigne est travaillée par marcottage (remplacement des manquants) de façon à avoir un âge moyen le plus élevé possible. Les raisins sont vinifiés en cuves de 8 000 à 10 000 kg. Le pigeage est manuel et la cuvaison longue (3 semaines). La fermentation malolactique est conduite en cuve inox. Le vin est ensuite élevé en barriques françaises neuves (plusieurs tonneliers) pendant 18 mois. Les soutirages ont lieu tous les trois mois. Le rendement moyen est de 50 hl/ha. La cuvée Terrazas Afincado Cabernet est comparable, en termes de conduite de la vigne et de recherche de maturité ainsi que dans l’élaboration du vin. L’âge moyen des vignes, également franches de pieds, est de 35 ans.
Enfin, depuis 1999 le Cheval des Andes, vin se positionnant sur le très haut de gamme, est produit sur 37 ha, avec l’équipe de Cheval blanc. Il en sort environ 40 000 bouteilles. Les deux premiers millésimes (1999 et 2000) n’ont pas été commercialisés.

LES NOTES DE DEGUSTATIONS
Terrazas Reserva Chardonnay 2003 (***) est un vin caractéristique d’une année chaude : le vin est gras mais moins structuré par l’acidité et moins sur le fruit. La robe est assez claire. Le nez présente des notes boisées élégantes et de fruit. L’attaque est grasse et la bouche, relativement longue, dominée par les fruits exotiques et mûrs. C’est un vin charmeur.
Terrazas Reserva Chardonnay 2004 (***(*)) est un vin plus fin, plus européen dans l’esprit. Un peu variétal, il gagne néanmoins, par rapport au millésime 2003, en fraîcheur et en finesse. Il est plus long et reste gras. Le boisé est élégant.

Terrazas Reserva Afincado Malbec 1999 (****(*)) est issue d’un millésime intéressant car frais (donc acide), sec (donc concentré) et  très mûr. La robe est d’un bordeaux foncé. Le fruit est presque confituré. Le nez comme la bouche profitent de notes d’épices douces, de chocolat et de tabac. L’attaque est droite, les tannins très fins. Le vin ne joue pas la carte de l’exubérance. Il est assez long et dense sans être pâteux.
Terrazas Reserva Afincado Malbec 2001 (****) est issue d’un millésime plus frais que 1999 mais plus pluvieux aussi. Les vins sont plus fruités mais moins structurés. La robe est de couleur pourpre assez foncé. Le nez est légèrement boisé (clou de girofle). L’attaque est droite, un peu plus fluide que le 1999. La finale est un peu marquée par le bois et moins longue que son aînée.
Terrazas Reserva Afincado Malbec 2002 (*****) est issue d’une année très sèche et de maturation lente, dont le rendement fut plus faible que celui de 1999. La robe est d’un rouge presque noir. Le nez est marqué pas un fuit très mûr, presque confituré, évoquant un peu les vins mutés. Le boisé (clou de girofle) est bien intégré. L’attaque, charnue et réglissée, laisse place à une bouche caractérisée par des tannins fins, denses et fermes. Le vin est long, structuré et équilibré. A l’évidence un grand vin.

Terrazas Reserva Afincado Cabernet 1999 (*****) possède une robe foncée, avec quelques reflets briques. Le nez présente des arômes balsamiques, épicés, reglissés et d’encens. L’attaque est droite, le milieu de bouche concentré et frais, avec des tannins très fins (mais un peu secs). Le vin témoigne d’une grande jeunesse. Il est long et présente une acidité importante.
Terrazas Reserva Afincado Cabernet 2001 (****) est rouge foncé. Le fruit est très fins, mûr et dominé par des arômes de cassis. L’attaque est charnue, la matière très élégante, les tannins fins. Seule la finale apparaît un peu diluée. Le vin est assez peu marqué par le bois.
Terrazas Reserva Afincado Cabernet 2002 (*****) est un vin foncé, à la texture presque visqueuse. Le nez est encore assez fermé, même si en échappent des notes de cassis. Cette cuvée est concentrée. Ses tannins sont fins (mais un peu secs). La finale est un peu courte à ce stade, du fait des tannins. Un très beau vin qu’il faudra attendre…

Cheval des Andes 1999 (non sorti) (****) est de couleur rubis foncé. Fermé au nez comme en bouche, il laisse émerger de légères notes de grillé. D’acidité assez importante, il se structure sur des tannins fins et fermes. La bouche est fraîche et bien équilibrée.
Cheval des Andes 2001  (****(*)) contient 2% de petit verdot. Il s’agit d’un vin très élégant, bénéficiant d’un fruit très mûr, aux arômes presque confits mais aussi aux arômes de café et cacao. La tannins sont également très fins. La finale est longue. Un très beau vin.
Cheval des Andes 2002 (*****) contient 4% de petit verdot. Ce cépage, apporte du gras et un côté corsé lorsqu’il parvient, comme c’est le cas ici, à maturité. D’une robe pourpre presque noire, ce vin exhale au nez des arômes d’une grande finesse (fruit rouge et noir, cassis, cerise, réglisse). L’attaque dense, suave, charnue. La densité de tannins (très fins) est impressionnante, tout comme la concentration. La bouche est longue. Un grand vin.

A l’issus de cet échantillon (peu représentatif…) des vins argentins, les participants ont unanimement reconnu la classe des vins rouges et l’intérêt que représentent les pratiques culturales argentines. Si les vins du millésime 2002 ont bénéficié des meilleures conditions, le millésime 1999, largement plébiscité ce soir là, a également tiré son épingle du jeu, démontrant une capacité de ces vins à (bien) vieillir, qui sont. Leur jeunesse dans le verre est indéniablement un très bon signe.
Le Malbec, cépage traditionnel argentin, a su démontrer sa forte adéquation avec le terroir local, de même que le Cabernet, qui se distingue par un surcroît d’élégance, en particulier grâce à des périodes aussi longues de maturation. Cheval des Andes, en un sens, a su tirer les avantages de l’un comme de l’autre cépage, dans un savant assemblage. Ces vins sont finalement ce qu’on attend de grand vin : l’envie et le plaisir de les boire !

David Flacher

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins