• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Alsace arrow Domaine Bott-Geyl (Alsace)
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Domaine Bott-Geyl (Alsace) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Domaine Bott-Geyl

avec Jean-Christophe Bott

Alsace

Jeudi 12 janvier 2006


Introduction

L’alsace n’est bien sûr pas une appellation prestigieuse comme peuvent l’être la Bourgogne et Bordeaux, et Jean-Christophe Bott en est conscient. Son travail essaie de donner un caractère à chaque terroir. La culture biologique est utilisée depuis 2000 et la voie de la biodynamie a démarré en 20002.
Bott-Geyl est un domaine familial depuis plus de 200 ans, qui a l’avantage de posséder de nombreuses parcelles situées en grand cru :
- Sonnenglanz, le grand cru de la commune de Beblenheim où se trouve le domaine ;
- Furstentum, à Sigolsheim et Kientzheim ;
- Schoenenbourg, à Riquewihr et Zellenberg ;
- Mandelberg, à Mittelwihr et Beblenheim.
Le domaine possède au total 13 hectares, sur 8 communes différentes dont 4 lieux-dits.
Jean-Christophe Bott est installé depuis une quinzaine d’années. Il a une approche naturelle en ce qui concerne la pratique de la viticulture. Pour lui, la culture biologique est avant tout le renoncement à l’utilisation de produits herbicides, pesticides, … La biodynamie est un travail plus subtil, pour permettre à une vie souterraine plus importante, un système racinaire développé. Le terroir peut ainsi mieux s’exprimer. Il faut que la terre tourne, soit labourée, surtout sur des sols durs comme le calcaire.
L’Alsace dispose de beaucoup de vignes médiocres disposées en plaine. Ces "champs de patates" sont riches, fertiles et non drainés. Le domaine se réjouit d’avoir pu échanger il y a 12 ans quelques parcelles situées en plaine (sans intérêt) contre 1 hectare de grand cru Furstentum.
La récolte est manuelle, en cagettes de 40 kilogrammes. L’utilisation de la biodynamie a permis d’avoir une acidité supérieure pour contrebalancer et équilibrer des raisins vendanger à grande maturité. Le sucre résiduel est plus important, mais moins perceptible.
Les rendements sont souvent inférieurs à 40 hl/ha, même sur les lieux-dits. Jean-Christophe en profite pour critiquer les rendements autorisés sur les grands crus alsaciens : jusqu’à 66 hl/ha.
Il ressent le besoin d’être plus présent en France, pour faire découvrir ses vins lors de dégustation comme ce soir, mais également au niveau des cavistes et des restaurants. Malheureusement, il sait qu’il n’a que peu de temps, et préfère être présent dans le vignoble.


Pinot d'Alsace 2004

L’ambition initiale était de faire un beau type de pinot, un vin d’entrée de gamme à l’image du Zind de chez Zind Humbrecht. Cette cuvée est en fait un assemblage de 1/3 de pinot blanc, 1/3 de pinot auxerrois, 1/6 de pinot gris et 1/6 de pinot noir. La mise en bouteille a été effectuée en septembre 2005. Le pressurage se fait en raisins entiers, la fermentation (lente) se déroule uniquement avec les levures indigènes. Le vin est soutiré une fois au printemps.
La robe est très claire, à reflet vert brillant. Le nez présente des arômes de fleurs blanches, d’acacia et de fumé. La bouche est droite, minérale, légère et équilibrée.

Riesling Burgreben 2004

Le terroir de Burgreben est argilo-gréseux, légèrement acide. Il n’est planté qu’en riesling.
La couleur est toujours claire. Le vin dégage des senteurs de rose épicée, il est très floral. Il est marqué par une belle minéralité, bien sec et de belle longueur.

Riesling Grafenreben 2004

Les vignes se situent à Zellenberg, sur un sol argilo-calcaire.
Le vin présente une petite réduction. Il est un peu fermé. La bouche est puissante, épicée et grasse, avec une petite pointe d’acidité en finale.

Riesling Kronenbourg 2004

La parcelle est située à l’Est du grand cru Schoenenbourg, sur des marnes de loess. Elle est classée grand cru également, mais n’est pas revendiqué comme tel sur l’étiquette.
Le nez est plutôt discret et floral. La bouche dévoile le charme du vin, avec une belle ligne acide et une minéralité marquée.

Riesling Schoenenbourg 2004

Les vignes sont âgées de plus de 50 ans, et se trouvent sur la partie centrale du grand cru Schoenenbourg. Le sol est composé de marne-gypseuse du Keuper, du grès calcaire coquillé. Le vin a 9 g/l de sucre résiduel.
Le nez est superbe : minéralité, mandarine et touche de cramé. La finesse et l’acidité sont accompagnées d’une finale saline et puissante. Belle longueur.

Riesling Mandelberg 2004

Mandelberg est un grand cru très solaire, avec très peu d’ombre portée. Les vignes sont plantées sur un sol calcaire, avec un âge de 20 ans ou de plus de 50 ans. Les raisins ont été rentrés avec un degré potentiel de 15,5°, la fermentation s’est déroulée jusqu’à 14,5°. Le vin a 17 g de résiduel.
Le nez est floral, avec une touche de vanille. La bouche est ronde, grasse et équilibrée par une belle acidité en finale.

Pinot Gris Les Eléments 2004

Avant 2003, ce vin était la gamme "village" (terme fréquemment utilisé en biodynamie). Il n’y a pas de notion de terroir, mais sachez qu’on trouve au moins 40% de raisins issus du Sonnenglanz et qui ont été déclassés.
Le nez est simple d’expression. La bouche est élégante, mais sans grande complexité et de longueur moyenne.

Muscat Grains Passerillés 2003

Les vignes ont entre 25 et 36 ans. Le passerrillage n’a pas été recherché, mais le millésime (chaud et sec) l’a naturellement produit. Cette technique s’applique dans certains vignobles comme le Jurançon. La récolte se fait en novembre, le jus étant alors très concentré. Le degré potentiel en alcool était de 15,5°.
Le nez est superbe, très mentholé, ouvert et floral. La netteté aromatique prédomine, le vin est ample et frais. Très bien.

Les Eléments Grains Passerillés 2003

Ce vin provient uniquement du cépage Sylvaner. Ce n’est pas revendiqué pour ne pas qu’il y ait d’a priori. Les raisins ont été récoltés à 16,5°.
La robe devient plus or orangée. L’abricot, le fruit confit et l’eucalyptus dominent. Le vin est rond, gras et se termine sur une note de caramel.

Pinot Gris Furstentum 2001

Ce magnifique grand cru  est exposé plein sud, sur des sols marno-calcaires et gréseux. Cette chaleur naturelle est atténuée par le fait que les parcelles se trouvent en altitude. La pente est très forte à certains endroits. Le vin a 35 g de résiduel. Il y a eu une attaque de botrytis sur les raisins (alors qu’en général il y a très peu de botrytis sur ce terroir).

Pinot Gris Sonnenglanz 2002

Le grand cru Sonnenglanz est en général 6 à 7 jours plus précoce que le Furstentum, car plus ventilé. Le sol est composé de marne et de galets calcaires. La maturité des raisins y est souvent très bonne, donnant régulièrement de belles VT (Vendanges Tardives) et SGN (Sélection de Grains Nobles). 2002 a été une année relativement froide et humide.
Le nez est fermé, sur l’amande. La bouche par contre révèle un bel équilibre, le vin est gras et ample. A garder quelques temps, beau potentiel.

Pinot Gris Sonnenglanz 2000

Le vin est ouvert et présente les premières notes d’évolution. Légèrement botrytisé, le coing et la figue domine. La puissance accompagne une très belle matière, rondeur en finale et le sucre résiduel (50 g) apparaît bien plus important que dans les vins précédents.

Pinot Gris Sonnenglanz 1998

L’ananas est l’arôme dominant, la bouche est bien équilibrée.

Pinot Gris Sonnenglanz VT 1996

1996 est une année relativement froide et humide, et peu de VT ont été produites.
La robe est d’une belle couleur or. Le nez, typique de ce millésime pour beaucoup de vins de toute l’Europe, est marqué par la truffe blanche. L’intensité aromatique est de grande classe, la finale puissante et élégante.

Pinot Gris Sonnenglanz 1994

La première bouteille présentée un défaut. Cette seconde, parée de couleur or, présente une légère oxydation et une note de caramel. Le vin est assez brut et manque de finesse.

Pinot Gris Sonnenglanz 1992

Le nez n’est pas très expressif, plutôt végétal. Le vin manque d’équilibre. L’enseignement principal de cette verticale est de pouvoir voir les énormes progrès qu’a effectué Jean-Christophe Bott ces dernières années.

Pinot Gris Sonnenglanz Grains Passerillés 2003

Les raisins ont été récoltés à plus de 19° potentiel. Après une longue fermentation (presque 1 an), le vin titre 13,5° et a 100 g de résiduel. Les rendements atteignent à peine 20 hl/ha.
Le nez est très charmant, typique du millésime : poivre blanc et menthol. La bouche reste légère, mais la matière encore discrète est bien présente.

Pinot Gris Sonnenglanz VT 2002

La grande différence avec le vin précédent, c’est que les raisins ont été affectés par le botrytis. La récolte s’est également faite avec 19° potentiel et le sucre résiduel est de 105 g.
La finesse du nez est l’élément le plus marquent. Le fruit est superbe, et l’élégance prédomine. Ce n’est pas un fruit lourd, confit, mais du coing et de la pomme très mûres qui portent le vin. La bouche est harmonieuse et garde une fraîcheur incroyable. Superbe !

Gewurztraminer Furstentum Grains Passerillés 2003

Le nez est complexe et magnifique, avec des arômes allant du poivre blanc au lychee en passant par la poire fine. La bouche est tout à la fois légère et puissante, avec une longueur époustouflante. Un grand vin de terroir, une très grande réussite.

Gewurztraminer Sonnenglanz VT 2002

Le nez présente une très belle pourriture noble, avec une toute petite pointe d’oxydation. Le vin est complet et équilibré. 120 g de résiduel.

Pinot Gris Sonnenglanz SGN 2000

La fermentation du vin ayant lieu en milieu assez défavorable, le vin a souvent peu d’alcool. Il titre 10,5° pour 230 g de résiduel. En général la récolte est assez précoce, le tri positif donne le grain noble, et le tri négatif va dans la cuvée Pinot Gris Les éléments.
Le nez est fin : fruit confit et cire d’abeille. Le vin est concentré, mais manque un peu de complexité. C’est toutefois une belle bouteille.

Gewurztraminer Sonnenglanz SGN 2002

Le vin a 200 g de résiduel et 12°. Le nez est complexe et complet : notes d’abricot, de coing, une vraie corbeille à fruits mûrs. La bouche est complexe, puissante, et se termine sur une tension et une élégance fabuleuse.

Comme le dit Jean-Christophe Bott pour clôturer cette belle dégustation : "Rien de grand ne se fait sans passion". Il nous a montré ce soir à quel point il est passionné. Sa deuxième étoile au guide de la Revue du Vin de France est méritée. Bravo !

 

 

 

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins