• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Rhône arrow Le millésime 2004 chez Tardieu-Laurent (Rhône)
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Le millésime 2004 chez Tardieu-Laurent (Rhône) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

 

Maison Tardieu-Laurent
Le millésime 2004
Vallée du Rhône

Présenté par Michel Tardieu



Avec Bernard Burtschy

Grains Nobles le jeudi 18 mai 2006


Introduction

Dominique Laurent, que nous accueillons également chaque année pour la présentation de son millésime en fin d’élevage, s’est installé en Bourgogne à la fin des années 1980. Michel Tardieu était alors qu’un simple amateur, lecteur de la Revue du Vins de France. Il a connu Dominique très tôt, et tous deux se sont liés d’amitié. Ce dernier lui a un jour dit : "ce que je fais en Bourgogne, il faut que tu le fasses dans le sud", c'est-à-dire une activité de négoce. Il a aidé Michel Tardieu à mettre le pied à l’étrier ! Son premier millésime a été 1994.
Tous les vins sont achetés en fin de fermentation chez les propriétaires. Ils sont choisis après dégustation de chaque cuvée. Le cahier des charges est fixé avec les vignerons. Il achète seulement ce qui lui plait, même si les prix peuvent être élevés. Il travaille en collaboration avec certaines personnes depuis plus de 10 ans, et au total il s’approvisionne auprès de 120 propriétaires. La force est donc de pouvoir choisir en fonction de la qualité et des parties du vignoble. Il n’a par exemple quasiment pas produit de vins dans le difficile millésime 2002. Alors qu’il vinifie en général 400 pièces, il ne s’est alors occupé que de 40 pièces.
Son choix se porte très souvent sur les cuvées issues de vieilles vignes.
Son travail a beaucoup évolué depuis 2001. A la fois sur la qualité des jus, mais surtout le grand progrès vient de la qualité des fûts de chêne et leur utilisation. En effet, les fûts proviennent de la tonnellerie de Dominique Laurent. Il y a une vraie maîtrise de la provenance du bois, ainsi que du séchage. Il sait désormais que si un vin en fût présente un problème, l’origine n’est sans doute pas le fût. La quantité de fûts neufs a à ce même moment diminué. Pur les vins rouges par exemple, seule la syrah voit du bois neuf, le grenache est toujours mis en fût d’un vin ou de deux. D’autre part, les vins sont soutirés une seule fois (avant la mise en bouteille).
Le millésime 2004 est d’un grand équilibre en Vallée du Rhône. La réussite est totale en Rhône Sud, et dans le Nord les vins sont très typés terroir. Les vins sont à la fois puissants et élégants, dotés d’un bel équilibre, de fraîcheur et d’une belle longueur. Assurément des vins de grande garde !
Tous les vins présentés ce soir sont encore en cours d’élevage. Aucun vin n’a été réacidifié. Les fermentations malolactiques sont terminées depuis environ 5 mois. Michel Tardieu aime les vins non collés et non filtrés. Il est donc nécessaire pour lui de laisser les vins deux étés en fûts avant la mise en bouteille qui a généralement lieu en septembre.


Notes de dégustation

Côtes du Rhône Guy Louis
Le vin est issu d’un assemblage à proportion égale de grenache (vignes de 80 ans situées sur des argiles bleues) et syrah (en altitude, moyenne d’âge de 35 ans, sur les terroirs de Rasteau et Cairanne). Le nom de la cuvée vient des prénoms de son père et de son oncle. L’élevage se fait dans les fûts de la forêt de Tronçais (Dominique Laurent).
La couleur du vin est dense, profonde mais bien limpide. Le nez présente une belle palette aromatique : violette, cuir, réglisse, encore marqué par l’élevage. Le vin développe déjà un très beau fruit. Il est gourmand et friand. Charmeur, il sera pour Michel Tardieu parfait à boire dans les 4 à 5 ans.

Vacqueyras VV
Cette cuvée de grenache provient de vignes centenaires, auquel est ajouté à hauteur de 25% de la syrah. La production est de 20 pièces. Le vin est bien plus sombre que le précédent. Le nez est plus discret, belle finesse et fraîcheur. Les épices douces dominent. Le vin est dense, riche et développe une puissance accompagnée d’une certaine rusticité. Les raisins n’ont pas été éraflés, ce qui a pour effet de produire des vins certes atypiques mais de longue garde.
Nous avons alors une discussion intéressante concernant l’utilisation du soufre. Michel Tardieu dit que le plus difficile est de trouver la dose exacte à la mise en bouteille pour permettre au vin de ne pas s’oxyder et de ne pas perdre son côté naturel. La marge entre pas assez de soufre et trop est en effet réduite.

Gigondas VV
Pour Michel Tardieu, c’est sans aucun doute le meilleur Gigondas qu’il a produit. 2/3 de la récolte n’a pas été éraflée. L’assemblage est à majorité de grenache (75%), puis viennent la syrah et le mourvèdre. Le terroir est ici incontestablement supérieur à celui de Vacqueyras. La production en 2004 est de 20 pièces. Le nez est un peu fermé. Après quelques minutes, l vin dévoile son élégance, sa finesse. Légèrement minéral, le vin présente un bel équilibre en bouche. Belle longeur.

Châteauneuf-du-Pape
Michel Tardieu élabore 3 cuvées à Châteauneuf-du-Pape. Il se fournit chez 40 propriétaires. Tous les lots sont élevés séparément. L’assemblage n’intervient qu’après dégustation (au bout de 15 mois d’élevage). Il n’imagine un grand Châteauneuf qu’avec une proportion importante de grenache. Cette cuvée de base en contient 80%, issu de vieilles vignes sur argile. L’élevage se fait en fût d’un vin. La production est de 20 pièces.
La couleur est bien limpide. La coupure avec les vins précédents est saisissante. Le terroir est ici bien supérieur. C’est un vin déjà très ouvert, charmeur, mais qui reste typique de son appellation avec de fines notes d’épices. Les tannins sont fins et nobles. Belle élégance.

Châteauneuf-du-Pape VV
Les vignes ont en général plus de 50 ans d’âge. La production est de 30 pièces. La couleur annonce le vin : dense, profond. Il est légèrement réduit, du fait de l’élevage. Mais la bouche montre la matière de ce vin : puissance et concentration. Il faudra encore quelques mois d’élevage et sans doute une garde minimum de quelques années en bouteille pour calmer cette fougue de jeunesse.

Châteauneuf-du-Pape Cuvée Spéciale
Ce vin est toujours issu de raisins entiers (non éraflés) et uniquement de grenache. Il n’y a pas de fût neuf. Les vignes se situent sur le terroir de la Crau (majoritairement en haut), et elles n’appartiennent qu’à un seul propriétaire. C’est le Châteauneuf préféré de Michel Tardieu. Pour lui, on va revenir à ce type de vin dans les prochaines années : plus d’élégance, moins d’alcool. En effet, le fait de laisser la rafle diminue le degré alcoolique d’environ 0,5° (en raison de l’eau contenue dans la rafle). Plus de 40 pièces sont produites.
La robe du vin est beaucoup plus rouge et limpide que celle du VV. La fraîcheur au nez est impressionnante. D’une superbe complexité, le vin est très bien équilibré. La finale montre toutefois une rusticité qui s’affinera au bout d’une longue garde pour donner un vin magnifique.

Crozes Hermitage VV
Le Crozes Hermitage n’est bien sûr pas supérieur aux précédents Châteauneuf, mais il marque une coupure dans la dégustation. Nous passons désormais au Rhône Nord. Situées au nord de l’Hermitage, les vignes (donnant les vins de Tardieu-Laurent) sont sur des endroits plus hauts et donc plus froids. Les vins sont marqués par les épices et une certaine minéralité. Ils ont des degrés alcooliques faibles (souvent vers 12,5-13°). Le cépage est la syrah.
Le vin est net, il présente un beau fruit. Assez simple d’expression, il saura ravir par son rapport qualité/prix. Michel Tardieu nous avoue qu’il allait bien "sacrifier" un vin pour faire la transition, même si il le regrette.

Saint Joseph VV Les Roches
Les vignes y sont plus vieilles que pour les Crozes, et le terroir est plus intéressant. En partie granitique, il donne au vin plus de noblesse et plus de fraîcheur. C’est le seul vin qui n’a pas été soutiré en 15 mois. Les raisins sont quasiment que de la sérine. Proche de la syrah pré phylloxérique, la sérine est moins colorée, plus fine et sa peau est peu épaisse.
Le nez en pâti car légèrement réduit. Derrière se livre tout de même un vin élégant avec des arômes de cuir et d’olives noires. La bouche présente une belle acidité et beaucoup de fraîcheur. Belle évolution dans le verre.

Cornas VV
Le terroir est très solaire. Les vignes ont 80 ans. Les raisins ne sont pas éraflés. Le vin est élevé 15 mois en fûts de chêne neufs, puis soutiré (l’opération a eu lieu il y a un mois) et mis en fûts anciens. Michel Tardieu se fournit toujours chez 2 mêmes vignerons.
Le nez est très fin, le bois est très bien intégré. Réglisse, cuir, fraîcheur se retrouvent en bouche. La finale révèle à la une grande puissance et une belle finesse. Longueur époustouflante.

Côte Rôtie
C’est une Côte Brune, un 100% syrah (sérine pour être plus précis). Les raisins sont entiers.
La couleur est ici assez légère en comparaison avec les vins précédents. Le nez est encore marqué par le bois, mais livre des arômes fins de violette et de caramel. Le vin est élégant, très fin et aromatique. Il n’y a aucune rusticité.

Hermitage rouge
C’est une cuvée très régulière de la cave, comme le Cornas. La vendange est entièrement égrappée. Les vignes sont plein sud.
Le vin présente une couleur profonde avec des reflets violets. La pureté aromatique est transcendante. C’est une grande bouteille, les tannins sont soyeux et d’une élégance incroyable.

Hermitage blanc
Principalement issue de marsanne (90%), et complétée avec la roussanne (10%), ce vin blanc est élevé comme un rouge. Les vignes se situent sur les lieux-dits Pierrelles, Les Murets et Roucoules. La fermentation se fait en fûts neufs puis les vins terminent l’élevage en fûts anciens. La cuvée existe depuis 1996.
La maturité se voit déjà à la couleur du vin et ses superbes reflets or. Le nez est très aromatique, avec des notes de fleurs blanches, de fruits blancs et de miel d’acacia. Cette complexité se retrouve en bouche, où l’équilibre matière/acidité est magnifique. La longueur est tout aussi étonnante.
Ce type de vin est pour Michel Tardieu parfaitement en harmonie avec la cuisine épicée (un homard avec une pointe de safran). Il nous avoue que Michel Bettane est venu le voir il y a 5 jours et cet Hermitage blanc est unanimement "le vin qui sort de la cave".


Résumé

Le millésime 2004 tient toutes ses promesses en Vallée du Rhône. Finesse, élégance, puissance et équilibre se retrouvent dans tous les vins, aussi bien au Sud qu’au Nord. Les achats de Michel Tardieu (après dégustation) sont toujours aussi précis, et son talent d’éleveur se confirme d’année en année. Il a su être au rendez-vous de ce millésime.
Les discussions sur les préférences entre vins en raisins entiers/raisins éraflés sont intéressantes et chacun a sa préférence. Dans tous les cas, la gamme de vins proposée réjouira tous les amateurs de grands vins du Rhône.
Il a été très intéressant de faire dans la même semaine l’étude de terroirs de Bernard Burtschy sur la syrah et cette dégustation : une belle leçon sur les vins de la Vallée du Rhône.

Compte-rendu : David Rayer

 

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins