• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Rhône arrow Domaine Cuilleron (Condrieu, Côte Rôtie et St Joseph)
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Domaine Cuilleron (Condrieu, Côte Rôtie et St Joseph) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Domaine Cuilleron
Condrieu, Côte Rôtie, Saint-Joseph

Présenté par Yves Cuilleron

 

Ecole Grains Nobles le jeudi 15 juin 2006

 

Quand Yves Cuilleron reprend le domaine familial à la fin des années 80, celui-ci ne fait guère plus de 4 ha. Les Blancs du Rhône Nord ont quasiment disparu dans les années 50-60, et, à l'époque, sortent tout juste de la crise. Mais nombre d'opportunités se présentent pour ce vigneron dynamique: le Domaine Cuilleron aujourd'hui, c'est 5 ha à Condrieu, 8 ha en Côte Rôtie, 12 ha Rouge et 5 ha de Blanc dans la partie septentrionale de Saint-Joseph, mais aussi 10 ha de vin de pays, traités comme les grandes appellations. Une propriété de taille importante dans ces vignobles aux pentes sévères et à l'érosion omniprésente, où il faut une personne pour travailler 1 à 2 ha (en Bourgogne c'est 6 ha, et dans le Languedoc, 12 ha !). Et l'année 2006 salue l'arrivée du Domaine à Cornas (une parcelle de vielles vignes) et à Saint-Péray (1,5 ha), à 60 km plus au Sud. En attendant une extension de quelques hectares au centre de cette appellation Saint-Joseph si étendue ? Dans un style où l'on recherche la maturité maximale tout en évitant la lourdeur, cela représente une diversité notable: 10 km de latitude dans la Vallée du Rhône équivalent à 100 m d'altitude et à plus d'une journée de maturité.

Et l'aventure des Vins de Vienne ! Yves Cuilleron avec deux autres vignerons de Condrieu et de la Côte-Rôtie, Pierre Gaillard  et François Villard ont fondé une petite maison de négoce (moderne: achats de raisins et vinification par la maison) qui couvre les vins de toute la vallée du Rhône, les anciens "Vins de Vienne". A cette occasion, ils ont réhabilité un vignoble qui surplombe la ville de Vienne délaissé depuis le 19e siècle, mais dont on retrouve la trace jusque dans les écrits Romains. Situé sur la même veine géologique de granite et de schiste que la Côte-Rôtie, il est orienté plein Sud: 10 ha de Syrah et 1 ha de Viognier. Sotanum, Taburnum: ces vins cependant ne font pas partie du Domaine et ne seront pas dégustés.

La plantation des vignes est assez dense, 1 m X  1 m, ou plutôt 0,8 m X 1,2 m, sans palissage en raison de la pente, avec un tuteur par pied pour la Syrah taillée en gobelet, et deux pour le Viognier, plus faible et moins productif, taillé long, en Guyot. La "Serine", Syrah des vieilles vignes d'avant les clones, qui produit peu, est taillée long. La taille longue, avec un peu de vendange en vert, défie la vigueur et permet un contrôle optimal de la production: les grains sont plus petits, avec une qualité gustative plus intéressante, peu sensibles aux maladies, causées par une vigueur excessive. La Syrah de l'époque des clones productifs d'après les années 60 est taillée aussi courte que possible. Celle des clones récents a de tout petits rendements. 

Le Domaine pratique la lutte raisonnée. Assez naturellement, car en raison des pentes, les traitements sont manuels et pénibles. Les sols sableux avec très peu d'argile, très drainants, l'écoulement rapide des eaux, et  un effeuillage adéquat allié au vent, évitent les maladies. Il n'y a pratiquement jamais besoin d'insecticide. Il faut surveiller la vigne: son travail, manuel, y aide bien! Il n'y a aucun a priori contre les traitements, mais deux à quatre passages annuels au bon moment avec les meilleurs produits de synthèse suffisent (contre dix à douze avec des produits bios). Sur des terres aussi pentues, les vendanges sont bien évidemment manuelles.

 


Blancs secs

Le choix de la date de vendange, dans ces régions, est plus important que le millésime pour déterminer le caractère du vin. Le Domaine Cuilleron vendange tard, à grande maturité, voire surmaturité avec une proportion non négligeable de baies botrytisées. Pour garder une bonne acidité, le pressurage est arrêté au moment adéquat. Pas de levurage, par principe, sans être dogmatique. Ni chaptalisation ni acidification. Fermentation lente de 4 à 8 semaines et malo en barrique. Elevage sur lies, sans soutirage,1/3 bois neuf, 1/3 bois d'un vin, 1/3 bois de deux vins.

 

 

Saint-Joseph Blanc

L'appellation Saint-Joseph, après son extension dans les années 60 pour y inclure les terroirs similaires de plusieurs communes avoisinantes, a été profondément révisée en 1993, où elle est passée de 7000 ha potentiels à 3000 ha, en ne gardant que les parties sur les coteaux. La Marsanne, plus régulière, est le cépage dominant. La Roussanne, en raison de sa sensibilité à l'oïdium, est moins prisée. Mais sa proportion (15%) dans l'encépagement de l'appellation croît d'année en année.


Saint-Joseph Blanc "Lombard" 2004

Cuvée 100% Marsanne. Raisins vendangés avec une grosse maturité phénolique, souvent les derniers à être rentrés.

Robe jaune clair, reflets verts. Nez fumé, vanillé léger. Se développe à l'aération: grande finesse. Attaque ronde, beau milieu de bouche. Acacia, agrumes. Une certaine minéralité. Belle finale, bonbon acidulé, bien longue.


Saint-Joseph Blanc "Saint-Pierre" 2004

Cuvée 100% Roussanne.

Robe claire, jaune d'or. Nez floral, ample, complexe. Belle attaque, vivacité qui donne sa colonne vertébrale au vin. Arômes de cire. Beaucoup de gras, douceur (sans sucre résiduel!). Très belle maturité. Finale un peu effacée.

 

Une très belle entrée en matière.

 

Condrieu

Condrieu, il y a 40 ans, était un vignoble de … 12 ha (!) et a, depuis, connu une expansion remarquable. L'appellation a été révisée dans les années 80 où l'on a supprimé quelques parcelles, et est maintenant bien homogène. D'une superficie de 100 ha actuellement, elle croît toujours, de 5 ha par an, avec un potentiel total de 200 ha. Tout comme le Viognier, cépage confidentiel au niveau mondial, mais qui, partout, est celui qui progresse le plus rapidement.


Condrieu "Les Chaillets" 2004

Issu d'une parcelle de vieilles vignes sur Chavanay.

Robe jaune très clair à reflets verts. Nez: boisé fin, pêche, violette. Beaucoup d'élégance à l'attaque. Minéralité. Toujours cette belle finesse, mais aussi corps soutenu par une bonne acidité.


Condrieu "Vertige" 2004

Vignes jeunes (15 ans) sur le coteau de Vernon à Condrieu même. Elevage 100% en fût neuf avec 18 mois de barrique. Fait pour la garde.

Robe jaune doré (bien caractéristique de l'oxydation due à un élevage long), brillante, claire. Nez de pêche bien mûre, pain grillé aussi. Boisé bien perceptible. Attaque ronde. Vins avec beaucoup de gras, très belle matière, sans aucune lourdeur. Encore sur la réserve. La finale se développe à l'aération, où l'on retrouve les arômes classiques d'abricot.

 

 

 


Vins Rouges

 

  
Pour les rouges aussi, le Domaine vendange très mûr. Mais le botrytis, recherché pour les blancs, représente un inconvénient sérieux. Cela peut amener le cas échéant à rentrer la récolte avant maturité complète.  Un éraflage partiel est pratique courante. Si le raisin est bien mûr, garder les rafles contribue à l'équilibre du vin: l'éraflage se fait au cas par cas, selon la parcelle. La macération est longue, de 3 à 4 semaines: remontage, pigeage, pas de levurage. La fermentation est lente, dans un environnement maintenu frais, avec une montée en température à la fin. Avec la syrah, peu riche en alcool, il n'y a pas de problème d'arrêt de fermentation. Il n'y a quasiment jamais de chaptalisation (le but étant de s'en passer comme on y arrive pour les blancs). Toutes les sortes de corrections de l'équilibre sont évitées, le but étant de faire un vin qui a le plus de caractère possible, et qui reflète le terroir et le millésime. Après macération, le vin passe de suite en barrique. Un seul soutirage en milieu d'élevage, après la fermentation malolactique: les arômes de réduction habituels de la Syrah sont évités par une aération énergique lors de la macération. Un seul collage, au blanc d'œuf, avant la mise en bouteilles.

 


Saint-Joseph Rouge

 

Saint-Joseph Rouge "Les Pierres Sèches" 2004

Issu de jeunes vignes, vinifié plus sur le fruit. Elevage 18 mois en barriques de 2 à 5 vins.

Rubis. Nez de fruits rouges, encore bien fermé. Tanins fins bien droits, bonne acidité. Finesse et concentration. Peut être un peu moins de matière et de maturité que les suivants.


Saint-Joseph Rouge "L'Amarybelle" 2004

Vignes d'âge moyen, vinifié sur le fruit. Elevage 18 mois en barriques de 1 à 2 vins.

Rubis sombre. Nez plaisant, très léger réduit qui rajoute de la complexité. Bel équilibre, tout en rondeur. Les tanins fournissent la structure en milieu de bouche. Belle finale, tout en finesse.


Saint-Joseph Rouge "Les Serines" 2004

Vin de vieilles vignes, fait pour la garde. Elevage 18 mois, 80% en barriques neuves qui amènent l'oxygène et les tanins nécessaires. La Serine, variété de Syrah d'avant les clones a un goût caractéristique, très parfumée, avec une grande finesse des tanins.

Robe rubis, bien sombre, un peu moins brillante que les précédents. Nez fumé, suie, goudron: on ne s'en lasse pas. Grande matière, en parfaite harmonie avec les tanins. Boisé parfaitement intégré, bien perceptible en rétro-olfaction, sans jamais dominer. Equilibre remarquable pour des arômes et des saveurs aussi intenses.

 

Côte-Rôtie

 


Côte-Rôtie "Bassenon" 2004

Provient de la Côte-Blonde granitique, au sud de l'appellation, avec une proportion de Viognier avoisinant les 10%.

Robe rubis soutenu. Nez de mûre, d'épices. Belle maturité, grande finesse, équilibre, fraîcheur.


Côte-Rôtie "Madinière" 2004

Côte-Brune, vignes de 15 ans, 18 mois en barriques neuves à 50%.


Robe rubis soutenu. Nez giboyeux, un peu réduit, figue. A l'aération, notes fumées. Finesse, matière, tonus. Splendide finale, avec beaucoup de nerf.

 

Côte-Rôtie "Terres Sombres" 2004

Côte-Brune, vignes de 40 ans, 18 mois en barriques neuves à 100%.

Robe sombre, rubis.  Nez fumé, poivre, muscade. Très belle matière, soutenue par une acidité plaisante. Grande finesse, rondeur, équilibre.

 

 



Blancs Liquoreux

Vieille tradition: le Condrieu, historiquement, était un vin liquoreux. Aujourd'hui, ce dernier ne  représente guère plus de 5% de la production. Le style du Domaine est de faire des vins botrytisés ou passerillés, par tries successives, et pas simplement des vins avec du sucre résiduel. Il y a des "années à botrytis" comme 2004, et d'autres où les baies sont plutôt passerillées, comme 2003 ou 2005.
  La fermentation est lente; quand l'équilibre souhaité est atteint, elle est bloquée par le froid et si cela ne suffit pas, par une filtration. Soufrage très léger avant élevage, et à la mise en bouteilles (mai 2005 pour le millésime 2004).

 

Vin de Table "Roussilière"

Assemblage de Marsanne, Roussanne, Viognier à proportions égales. Sucre résiduel: 80 g.

Jaune tirant vers le vieil or. Miel, raisin de Corinthe, orange, cire. Abricot après aération. Belle attaque, fraîcheur, finesse, élégance. Arômes d'herbe séchée, d'orange confite. Finale un peu sur la réserve.


Condrieu "Ayguets" 2004

Même style de vin. Sucre résiduel: 120 g.

Robe jaune d'or avec des reflets ambrés, très pure, brillante. Nez: citron, pamplemousse confits. Après aération, l'abricot revient. A l'attaque, rond, soyeux, dense. Et quelle puissance! Finale complexe: on y trouve même la pêche blanche! Un vin extraordinaire, au sens propre, mais qui ne renie pas ses origines: les arôme classiques, aussi, sont là.

 

 

 

Compte-rendu: Richard Schaeffer

 

 

 

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins