• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Alsace arrow Champagne Roederer
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Champagne Roederer Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Champagne Roederer

présenté par Jean-Baptiste Lecaillon, chef de cave

 

Grains Nobles le 30 novembre 2006

En présence de Bernard Burtschy.  

 

Une seule famille est propriétaire de la maison Louis Roederer depuis 1776. C’est une des seules grandes maisons champenoises encore indépendantes de nos jours.
Au 19ème siècle, Louis Roederer la porte aux premiers rangs mondiaux. Son fils créa la cuvée Cristal pour le tsar Alexandre II. Son nom provient de la bouteille réalisée en cristal, signée par un maître verrier flamand et dont la robustesse permet d’avoir un fond plat. Quelques années plus tard, la maison est le fournisseur de la cour impériale de Russie. Comme dans chaque grande maison champenoise, une dame joua un rôle fondamental. C’est Camille Olry-Roederer qui aux débuts des années 1930, en pleine crise, réussit à redresser l’affaire. C’est son arrière petit fils, Frédéric Rouzaud qui est à la tête de Roederer aujourd’hui, assisté de Jean Baptiste Lécaillon, chef de cave.
D’importants investissements ont été effectués ces dernières années pour acheter des châteaux et domaines dans différentes régions : Delas en Rhône, le château de Pez à Bordeaux, les champagnes Deutz, les portos de Ramos Pinto, pour ne citer qu’eux.

La maison Roederer assure deux tiers de ses approvisionnements avec son propre vignoble. Ce sont 200 hectares situés dans différentes régions de champagne :
- Côte des blancs 75 ha,
- Montagne de Reims 65 ha,
- Vallée de la Marne 60 ha.
Ces vignes sont classées essentiellement en 1er cru ou en grand cru le plus souvent à mi-pente (meilleur drainage et meilleure exposition). Agriculture raisonnée et 2 ha en biodynamie depuis 2 ans sur des terroirs difficiles. Les vendanges mobilisent 200 personnes pendant 2 semaines.

Un soin extrême est porté aux vinifications qui ont lieu en petites cuves et pour partie en foudres, isolant chaque cru, chaque parcelle. La fermentation malolactique n'est pas recherchée, afin de préserver plus de fraîcheur dans les vins. L'élevage sur lies, en bouteilles, est l'un des plus longs pratiqués en Champagne.

2 types de vins :
- un multi-millésime somme de 5 à 10 millésimes différents, composé des 3 cépages récoltés sur 40 crus différents dans lequel rentre des achats de raisins (40 à 50 %).   Il représente 70 % des ventes de Roederer (3 millions de bouteilles en moyenne). Il est vinifié en foudres de chêne et élevé sur pointe pendant 3 ans.
- les vins de domaine au nombre de 4 : le millésimé, le blanc de blanc millésimé, le rosé millésimé et la cuvée Cristal millésimée elle aussi. Ils sont issus exclusivement des vignes du domaine. Pour ce style de vins Roederer essaie à la fois de respecter le style maison, le millésime et les terroirs.

- La "gamme" de la Maison Louis Roederer

Brut Premier composé d’1/3 de chardonnay et  2/3 des 2 pinots noir et meunier sur une base 2002 (80%+10% de 2-3 ans + 10% de millésimes plus vieux vieillis en foudre) avec une malolactique partielle. Il est dosé entre 10 et 11gr selon les années.
Au nez il développe des arômes d’agrumes (citron) avec des notes florales (fleurs blanches) et d’amande. La bouche est vive et élégante avec une grande fraîcheur.

Blanc de Blancs 2000 : Le vin de garage de la maison Roederer (environ 10 000 bouteilles).
2000 année classique avec une vendange mi-septembre. Issu principalement de 2 villages Le Mesnil sur Oger (le plus bourguignon des terroirs de Champagne pour le chardonnay) et Avize avec d’autres crus (Cramant pour le 2000). Ce chardonnay est récolté en moyenne à 11,5°. Les vendanges en vert sont pratiquées si nécessaire (ébourgeonnage avant). Ce qui compte c’est le rendement par pied et non le rendement à l’hectare.
Il est vinifié et élevé pour partie sous bois ‘à la bourguignonne’ c’est à dire sur lie avec des batonnages réguliers. Le boisé doit amener une complexité, un soyeux en bouche plutôt que des arômes ou des tannins c’est pourquoi il est limité là à 25% de bois neuf. Il est dosé à 8-9 gr.
Un nez qui évolue entre la craie et le miel, une bouche dense et tendue, minérale mais avec la délicatesse apportée par la pression limitée à 4 kg donne un vin d’une grande franchise et d’un grand équilibre.

Brut Millésime 1999 : le vin qui contient la plus forte proportion de pinot noir chez Roederer
1999 millésime de chaleur où l’acidité naturelle était la plus basse depuis 1959 (avant 2003).
Composé à 70 % de pinot noir et 30 % de chardonnay, il se caractérise par la noble origine des pinots issus de la Montagne de Reims qui donne la colonne vertébrale du millésime. Ils proviennent de Verzennay, Verzy, un peu d’Ay.
C’est aussi le vin le plus vinifié sous bois (environ 35%) de Roederer. Il est dosé à 10-11 gr.
De couleur dorée rose pâle, à l’aération apparaissent des nuances de fruits murs puis secs. En bouche souplesse, tannins fondus donnent un vin avec beaucoup de charme.

Brut Rosé 2000 rosé vinifié de façon traditionnelle depuis quasiment l’origine
Il est issu des terroirs de Cumières et d’Ay sur des sols peu profonds, pentus plantés à partir de sélections massales bourguignonnes avec des rendements assez faibles 6 à 8000 kg l’hectare. Cela apporte la maturité nécessaire.
Une moitié des raisins est pressée en pressoir traditionnel ce qui donne un jus tâché. L’autre moitié est mise en macération à froid pendant 5-6 jours puis légère fermentation et saignée. On assemble les 2 jus et en fonction de la couleur on ajoute du chardonnay (20 à 30% issu de Cramant). Ce chardonnay doit apporter fraîcheur et précision. Il est dosé à 9-10 gr.
Cela donne une couleur œil de perdrix. Au nez fruits rouges et noirs. En bouche attaque riche et dense mais suite délicate grâce au velours du pinot, à l’acidité et à un développement aromatique en fin de bouche signe d’une longueur certaine.
 
2 - La cuvée Cristal de la Maison Louis Roederer
Selon J-B LECAILLON Cristal doit être une expression d’équilibre et d’harmonie des 2 cépages chardonnay et pinot noir. Il y a des années sans Cristal comme 2001, 1992 etc.
Les vins sont dégustés autour de 14°.

Cristal 1999 : le vin est carafé pour donner une idée de son évolution à 3-4 ans
60 % pinot noir sur des parcelles de grand terroir (80%). Comme pour les autre vins, le choix de l’assemblage se fait toujours à l’aveugle pour ne pas être influencé par le nom du terroir. 7 crus font Cristal Mesnil, Avize, Chouilly, Verzenay, Verzy, Aÿ et Mareuil. Dosage dosé sur le fil. On recherche le soyeux, la caresse et la finesse.
Sur 1999 25 % est vinifié sous bois.
Au nez se mélange fruits rouges et toasté. En bouche maturité et densité. Le vin se révèle délicieux dés maintenant, respectant ses objectifs de soyeux et de finesse de façon très expressive.
La trilogie "rayonnante": Ces vins sont les premiers à avoir été gardés sur latte et donc dégorgés très récemment (en juin 2006 pour la dégustation). Ils ont donc été élevés de façon réductrice ce qui explique la nécessité de les carafer. 2 années sans chaptalisation pour 1990 et 1989.
Cristal 1990 : année d’équilibre, facile idéale
58 % pinot noir, 42 % chardonnay dosé à 8 gr (pour la dégustation).
Le 1990 représente peut-être la synthèse des 2 suivant : il représente l’archétype de Cristal tout en douceur et ‘soyeusité’ avec une belle longueur. Un grand exercice d’équilibre

Cristal 1989 : année de chaleur avec une grosse maturité sur les chardonnays
Le nez est riche très fruits mûrs. La robe est soutenue, le vin est dense, puissant moins typé Champagne, on se rapproche d’un Bourgogne. Il a le temps devant lui.

Cristal 1988 : année classique voir austère d° à 9,5° plus chardonnay (47%)
Nez plus craie, fruits blancs. Le vin est plus dans le style classique champagne avec une acidité, une droiture et une fraîcheur remarquable. On sent une race indéniable. Ce vin peut encore attendre.
 
Cristal 1982 : vin dégorgé en 1987 ayant circulé en Italie avant de revenir chez Roederer
C’est le plus Pinot Noir (63%) des Cristal mais le style n’est pas marqué par ceux-ci, les terroirs de Verzenay, Verzy apportant le support acide nécessaire.
1982 est une belle année avec des rendements confortables ce qui n’est pas antinomique.
Le nez est un peu sur la noix mais pas de façon caricaturale.  Malgré son âge la bouche reste fraîche même avec peu de bulles et l’âge lui apporte de la complexité soutenue par une belle longueur.

3 - Quelques "raretés" de la Maison Louis Roederer
Ces vins représentent le profil tertiaire des vieux champagnes, une certaine approche de la sérénité.

Brut Millésime 1981 : une des plus petites récoltes de la Champagne 4 400 kg à l’hectare avec des petites grappes. Année assez jolie avec un mois de septembre qui a  été très beau et a accéléré les vendanges (début le 28 septembre), assez mure placée à la fin d’une trilogie d’années de petits rendements ce qui explique le peu de bouteilles disponibles aujourd’hui. 1982 a éclipsé un peu ce millésime.
Ce vin a été dégorgé en 2006.
Si le nez café marque l’évolution du vin la bouche se révèle dense, presque tannique et encore assez jeune avec une matière exceptionnelle. Les suggestions fusent sur l’utilisation culinaire de ce champagne.

Brut Millésime 1977 : millésime un peu maudit et même extrêmement difficile avec des vendanges tardives entre le 6 et le 10 octobre. Il a été dégorgé en 1982. Le dosage est à 12-13 gr. La maison Roederer doit être une des rare à avoir millésimé. 65 % Pinot Noir avec 10 % élevé sous bois.
Le nez est complexe entre la truffe blanche et la truffe noire. La bouche est portée par un beau support acide avec une certaine densité, une belle fraîcheur et un coté très aérien. Ce vin est unanimement apprécié et transcende le millésime.

Brut Rosé 1982 : en magnum, une rareté car la maison fait très peu de magnum de rosé.
Robe rosée relativement soutenue, assez dense. Bouche ronde avec une impression de sucrosité.
En aparté quelques mots sur le Cristal rosé gardé 7 à 8 ans en bouteille, réalisé tout les 3 ou 4 ans. Il est issu des terroirs d’Aÿ, Verzenay et Mesnil.

Conclusion : des vins d’une densité au dessus de la moyenne. Pour l’exemple en 2006 alors que la moyenne des rendements en Champagne s’établit à 17 000 kg la maison Roederer tourne autour de 13 000 kg. On sent une recherche, une remise en cause permanente. On ressent tout le bénéfice d’une maison familiale possédant un important vignoble.
Dans cette gamme, Cristal c’est l’élève qui ne permet pas le faux pas.
Finalement le seul bémol de cette dégustation vient du manque de disponibilité des vins en dehors de quelques circuits de distribution sujet parfois à controverse.

Compte-Rendu : Pascal Marquet

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins