• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Rhône arrow Maison Tardieu-Laurent (Rhône) avec Michel Tardieu
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Maison Tardieu-Laurent (Rhône) avec Michel Tardieu Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Maison Tardieu-Laurent
Rhône
Le millésime 2005
Présenté par Michel Tardieu

 Grains Nobles le jeudi 31 mai 2007

Le millésime 2005 est le dixième de Michel Tardieu. Comme chaque année, il nous fait l’honneur de venir présenter sa gamme de vins issus de son activité de négoce. Les vins sont encore en cours d’élevage, à part le premier de la dégustation. C’est donc en sorte une soirée primeurs qui nous est proposée.
Michel Tardieu commence par rappeler les bases de son travail, ainsi que ses évolutions.
Dans quasiment tous les cas, il ne s’intéresse qu’aux vieilles vignes. Ces vins, ou barriques, ne sont quasiment jamais destinés au négoce, et pourtant… Les tractations commencent en fin de fermentation. Il se base sur deux principes :
-    les relations amicales avec bon nombre de vignerons,
-    la trésorerie : après les vendanges, ces vignerons doivent payer les vendangeurs notamment, et c’est une période sans entrée d’argent. Il peut être intéressant pour ces derniers de vendre quelques fûts afin de se dégager quelques liquidités.

Son choix se tourne souvent vers des cuvées non égrappées, et si possible il essaye même d’influencer la vinification. En effet, avec le réchauffement climatique, les degrés alcooliques deviennent assez vertigineux. La rafle apporte de la fraîcheur, et donne de la buvabilité et une facilité appréciable, même si les vins sont un peu austères jeunes. Ils vieillissent qui plus est magnifiquement bien, malgré le fait qu’ils n’aient pas de grande couleur : ce sont des coureurs de fonds ! Par exemple, Michel Tardieu goûte régulièrement de vieilles bouteilles de la cuvée spéciale de Châteauneuf-du-Pape (produites par son fournisseur), et il s’émerveille toujours.
La grande nouveauté depuis 2003 est la technique d’assemblage. Avant, Michel Tardieu opérait un pré-assemblage lorsqu’il recevait les différents fûts. Aujourd’hui, il élève à part chaque fût, et fait un soutirage au bout d’un an, et ce n’est qu’à ce moment qu’il assemble les vins.
Il a également augmenté sa qualité en faisant une sorte de "déclassement" de certaines cuvées. Il a ainsi créé la marque "Grande Bastide" destinée à l’export. Cela lui permet également de proposer des vins à prix compétitifs, et de toucher d’autres marchés.
De plus, Michel Tardieu ne met plus aucun fût neuf sur le grenache, et à l’inverse élève toutes les syrah du Nord en fût neuf. Les durées typiques sont de 15 mois, et le vin est alors soutiré pour être mis 6 à 8 mois supplémentaires en fût d’un ou deux vins.

La dégustation s’articule autour de deux parties. Tout d’abord les vins de la Vallée du Rhône Sud, avec sa dominante de grenache, puis le Nord et la prédominance de la syrah.


Le Rhône Sud
Voici ce que dit Michel Tardieu à propos du millésime 2005 dans le Sud : "Indice tannique phénoménal. Couleur noire, concentration extrême. Des vins qui doivent être élevés attentivement – ils en ont un besoin essentiel pour offrir le meilleur d’eux-mêmes. Assurément de très grande garde…".

Côtes du Rhône Village Becs Fins
Ce vin est une sorte d’entrée de gamme, élevé en cuve inox. Le vin ne voit aucun fût, et il garde ainsi de la fraîcheur. L’élevage dure à peine 10 mois. Les vignes se trouvent à la limite du département du Gard, sur la fin des alluvions du Rhône. Le sol est composé de galets roulés, du style Châteauneuf, et les terres sont très rouges.
La robe est claire, brillante aux reflets rubis. Le nez est d’une grande fraîcheur, très gourmand en fruits rouges, violette et poivre noir. Sa structure est épicée, puissante. Les tannins sont également puissants. Le milieu de bouche se distingue par sa note de fraise. Un vin agréable à boire, qui montre le sérieux du millésime. Il s’appréciera encore mieux après 3 à 4 ans de garde.

Côtes du Rhône Guy-Louis
Michel Tardieu nous explique que beaucoup de 2005 ont été ratés car trop extraits et tanniques. Il a su faire le tri afin de s’approvisionner des meilleures cuvées. Avant 2003, Guy Louis représentait 50 pièces, et aujourd’hui uniquement 30 pièces, du fait de la déclassification de fûts. Les vignes se trouvent ici à Rasteau et Cairanne. La syrah provenant de Cairanne est fort intéressante, car elle se situe en haut de coteau (à 300 mètres) et apporte beaucoup de fraîcheur à l’assemblage.
De robe pourpre, le vin développe un nez d’épices, de cuir fin et de fruits noirs. La marque du fût est notable, surtout en revenant sur le vin précédent. Le fruité en bouche est délicat, avec une bonne souplesse, des tannins mûrs. La finale laisse paraître une touche cacaotée et la réglisse.

Vacqueyras VV
Cette cuvée est issue d’une vinification en raisins entiers. Elle est produite à très grande majorité avec des grenaches centenaires. L’expression vieilles vignes prend ici tout son sens.
La couleur est légèrement plus claire que le précédent. Le bouquet est superbe. Le vin allie puissance et fraîcheur, développant des notes de kirsch et de pruneau. La rafle ressort en finale, avec un côté réglisse. La masse tannique est impressionnante. Ce vin est destiné à la garde.

Gigondas VV
Les vignes sont également très âgées dans ce Gigondas. Situées sur les dentelles, elles apportent beaucoup de fraîcheur et de minéralité. C’est l’opposé des grenaches sur garrigue. Les raisins étaient majoritairement entiers.
La robe est pourpre. Le nez est à ce stade fermé. Il libère après quelques minutes un côté frais, de cerises allant presque vers la griotte. Le velouté en bouche est remarquable, il joue sur une texture fine, mais manque un peu de fond.

Châteauneuf-du-Pape VV
Le Châteauneuf VV est un assemblage de plusieurs terroirs.
D’une densité exceptionnelle, cette cuvée, à la robe noire, libère des senteurs puissantes de fruits noirs, cuir, lard fumé et réglisse. La matière est vraiment imposante, jouant sur un registre de vin moderne. La finale laisse ressortir le boisé, et une note marquée de chocolat et de praline.

Châteauneuf-du-Pape Cuvée Spéciale
La cuvée spéciale est issue de grenache très vieux, situés sur la Crau. Le domaine à qui Michel Tardieu achète les vins est en culture biologique. Il n’y a aucun fût neuf, et la vinification est faite en raisins entiers.
La couleur est d’une clarté incroyable, très légèrement pourpre. Le nez est d’une finesse remarquable, très floral et il joue sur des notes d’infusion. La finesse en bouche, la délicatesse n’empêchent pas au vin de développer une longueur de toute beauté. La réglisse ainsi que la framboise restent encore longtemps après avoir bu le vin.
La différence entre les deux cuvées est encore plus impressionnante que l’an passé avec le millésime 2004. Le gain de finesse, à la fois sur l’extraordinaire terroir de la Crau, ainsi qu’avec les raisins entiers, est éblouissant !


Le Rhône Nord
Dans sa brochure, Michel Tardieu qualifie les vins du Nord de la Vallée du Rhône des mots suivants : "Très grande couleur, tannins soyeux. Beaucoup de race et de typicité. Très grand millésime".
Il rappelle également que la serine est un raisin à baie plus ovoïde et plus petite que la syrah. La serine a moins de couleur et plus de complexité.

Crozes-Hermitage VV
Cette première cuvée souffre chaque année de son passage après les grands grenaches de Châteauneuf. Mais il faut bien se lancer dans cette région.
Elle se distingue par son côté aromatique, d’une part très typé syrah, cerise fraîche, cassis, et d’autre part par le grillé plutôt flatteur du fût. La bouche a une densité moyenne, jouant sur la souplesse et le velouté. La cerise revient en finale.

Saint-Joseph Les Roches VV
La robe est très sombre, presque noire. Le nez présente une magnifique minéralité. Il est austère à ce stade, sur le fruit noir et le cajou. La trame tannique est très serrée. La longueur en bouche est superbe. C’est une cuvée qui réussit toujours chez Michel Tardieu, et dont le rapport qualité/prix est appréciable.

Cornas Coteaux
Michel Tardieu nous fait remarquer que les cuvées de Cornas se vendent très bien en France, mais pas du tout à l’étranger. Les raisins sont en grande majorité de la serine, entièrement éraflés. Cette cuvée des Coteaux représente 15 pièces.
Le vin présente une belle complexité, avec un fruité agréable allant du cassis à la réglisse, en passant par la violette. L’acidité en finale est marquée.

Cornas VV
A peine 8 fûts sont destinés à cette cuvée, qui ne sera d’ailleurs pas produite sur le millésime 2006. Michel Tardieu prévient : "Plus rustique que Cornas, vous ne trouverez pas!". Ce sont des vins pour chasseur (comprenez les gibiers), et à réserver pour nos petits enfants…
La robe est totalement opaque, noire, malgré le fait que les raisins n’étaient pas éraflés. Le nez est extrêmement concentré : fruit noir, réglisse, pruneau, cuir. La masse tannique est tout simplement phénoménale, presque saturante. C’est un vin "viril".

Côte-Rôtie
Michel Tardieu nous rappelle les explications de la présence de viognier dans l’assemblage de certaines Côte-Rôtie. En premier lieu, ce cépage apporte de la complexité et du gras. Puis, il permet, ou plutôt permettait d’apporter un peu d’alcool qui manquait toujours à ces vins. C’était surtout vrai il y a dix à quinze ans, lorsque les Côte-Rôtie ne titraient guère plus de 12-12,5°.
Trois pièces des quinze de la cuvée proviennent de la plus vieilles vignes de La Landonne. Les raisins sont entiers.
Pour cette cuvée, le vin a une couleur anormalement noire. Il présente une minéralité radieuse, une complexité et un côté aérien, surtout après le Cornas. Il est fin, élégant, au toucher de bouche enchanteur. Il est aisé de remarquer la vraie grande différence de terroirs. La finale est longue, minérale et fait ressortir la violette.

Hermitage
L’Hermitage est le seul terroir plein sud. Ce vin est toujours le dernier à être assemblé.
Le nez est exubérant, charmeur, complexe, violent. Le vin est opulent, rond, moelleux, qualité qu’aucun des précédents vins n’avait. Les tannins sont mûrs, parfaitement bien intégrés. La suavité est remarquable.


Pour conclusion, il faut bien rappeler le rôle de Michel Tardieu. Il est, comme le stipule l’étiquette, négociant. Dégustateur de très haut niveau, il sélectionne auprès des meilleurs producteurs de toute la Vallée du Rhône des fûts en fin de fermentation. Il s’occupe ensuite de l’élevage des vins, apportant son savoir faire et sa maîtrise à la qualité des vins strictement sélectionnés.
Il procède ensuite aux mises en bouteilles dans sa cave de Lourmarin.
Le millésime 2005 a montré son aspect dans les grandes appellations du Rhône. Les vins sont puissants, riches et d’une belle homogénéité. Ils sont indéniablement bâtis pour la garde, et l’éventail de cuvées permettra de profiter de bouteilles sur plusieurs années, voire décennies. Les Côtes du Rhône seront à ouvrir dans les premières années, ainsi que le Crozes-Hermitage. Les grandes appellations pourront se bonifier en cave, et développer toute leur complexité.
L’utilisation des fûts de chêne est également bien maîtrisée. Elle évite des cuvées surboisées, et sait apporter tout de même la touche nécessaire à ces grands vins.

CR : David Rayer

 

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins