• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Sud-Ouest arrow Domaine de Souch (Jurançon) avec Yvonne Hégoburu
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Domaine de Souch (Jurançon) avec Yvonne Hégoburu Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Domaine de Souch

Jurançon

présenté par Yvonne Hégoburu

 

 

Grains Nobles le 16 novembre 2007

en présence de Bernard Burtschy

 

A la fin des années 60, Yvonne Hégoburu et son mari achètent un petit domaine à Laroin (64), comprenant une maison et 25 hectares de terres exposées pour moitié au Nord, et pour moitié au Sud. Le couple avait l’intention de replanter quelques pieds de vigne, car le domaine avait déjà été planté au 18ème siècle, mais l’opération avait été jugée à l’époque trop coûteuse. Après le décès de son mari en 1985, Yvonne Hégoburu décide de mettre toute son énergie dans ce projet qu’ils n’avaient pu mener à terme ensemble. Elle sollicite les conseils, parfois malheureux, de la Chambre d’Agriculture et plante 6,5 hectares de vignes en 1987, à 60 ans.

Dès ses débuts, Yvonne Hégoburu souhaite travailler la terre en la respectant au mieux. Elle opte en 1994 pour la biodynamie, et qualifie son engagement de ‘plus profond’ que l’agriculture biologique. Son objectif est de permettre à la terre de se réhabiliter plus rapidement. La charge de travail est importante pour sa petite exploitation, puisque 4 personnes sont embauchées à temps complet.

La qualité de son travail est aujourd’hui reconnue internationalement, et ses fans, de Didier Dagueneau (qui lui fournit ses barriques depuis quelques années) à Jonathan Nossiter (qui l’a mise à l’honneur dans Mondovino) ne tarissent pas d’éloges sur le niveau de ses vins, la qualité de son travail en vigne, son culot et son intuition phénoménale.


Jurançon Sec 2006
Ce premier vin est une belle introduction au domaine. Yvonne Hégoburu attache une importance non négligeable à la production de vin sec, souvent ignoré par le public dans cette région. Issu d’un assemblage à large majorité de gros manseng, complété de petit courbu, ce 2006 a une robe aux reflets verts, encore très pâle. Le nez est très pur, avec des notes mentholées, fumées, de poire et d’agrumes. La matière et la densité sont impressionnantes. Le vin est puissant, avec une acidité tartrique équilibrant de belle manière la finale, d’une longueur étonnante.

Jurançon Sec 1996
L’année a été ensoleillée, avec un vent froid quasi permanent du Nord. La maturation a été normale pour les sucres, et plus lente pour les acides. La robe est encore très jeune, à peine plus évoluée que le vin précédent. Le nez est caractéristique du millésime, avec sa note de truffe blanche. La maturité se fait sentir, grâce à une note fine de mangue. La densité est importante, l’acidité haute (finale sur le citron vert). C’est un vin ‘indestructible’.

Jurançon Sec 1995
Voici un vin qui se démarque des deux précédents. Il est plus évolué (très légère oxydation), et possède moins de noblesse. Le nez présente des arômes d’ananas, de fruits légèrement confits, et de pêche. La finale laisse paraître une pointe d’amertume, signe d’un pressurage moins précis.

Jurançon Moelleux (Cuve) 2006
Cette cuvée est un assemblage à parts égales de petit manseng et de gros manseng. Elle est vinifiée en cuve inox, comme pour le Jurançon sec. C’est un échantillon (comme le 2006 Marie Kattalyn), car la mise en bouteille est prévue en avril 2008. La maturité plus avancée des raisins confère à ses vins moelleux des robes d’une couleur or plus soutenue. Le nez porte sur le raisin franc (et frais), l’abricot, le pomelos, avec une tendance fumée et mentholée. La bouche est très pure, fine, nette. Il y a encore une pointe de gaz.

Jurançon Moelleux 2005
Yvonne Hégoburu nous précise que la taille des vignes est en guyot double, ce qui permet d’avoir plus d’espace entre les grappes en les étalant sur toute la longueur du bois. Le nez est envoûtant : ananas, poire, épices, cannelle, le tout étant très pur. La bouche est d’une grande finesse, élégante et longue. Une légère amertume apporte encore plus de fraîcheur.

Jurançon Moelleux 2004
Le nez de ce 2004 est plus réservé, et cette bouteille aura besoin de quelques années pour développer son bouquet. On devine toutefois des notes de truffe blanche et la bouche est d’un équilibre, une fois de plus, exemplaire grâce à une densité et une acidité s’équilibrant parfaitement.

Jurançon Moelleux Marie Kattalyn (Barrique) 2006
Yvonne Hégoburu n’a qu’une seule petite fille, née en 1990. Elle a donné son nom a cette cuvée, 100% petit manseng, élevée et vieillie sous bois. Les tris de raisins sont légèrement différents du Jurançon moelleux. La robe est légèrement plus or que le 2006 ‘cuve’, et le nez est encore à ce stade marqué par le fût (poudre de coco). La maturité des raisins est plus poussée, amenant des arômes exotiques, comme la mangue et le fruit de la passion. Le petit manseng apporte de l’acidité et une fraîcheur en finale très agréable, qui ne confère aucune lourdeur à ce vin.

Jurançon Moelleux Marie Kattalyn 2005
Le Jurançon moelleux doit plutôt accompagné un plat à table, alors que ce Marie Kattalyn (MK) est plus apte à être bu avec du foie gras ou/et du fromage. La différence avec le 2006 est plus importante qu’entre les deux mêmes vins en ‘cuve’. Le bois est mieux digéré, et laisse paraître les notes de fruits confits, d’abricot et de mangue. La matière est toujours aussi impressionnante, avec un milieu de bouche à l’acidité citronnée, et même une salinité marquée. La finale possède une superbe longueur. C’est une grande réussite.

Jurançon Moelleux Marie Kattalyn 2004
Plus de marque de fût pour ce 2004, qui arbore à nouveau un joli nez de truffe blanche, de mangue et de pain d’épice. La bouche est toutefois légèrement moins équilibrée, et se dénote par son côté confit et puissant.

Jurançon Moelleux Marie Kattalyn 2000
Ce 2000 montre à quel point le domaine a progressé dans les millésimes récents. Dans l’idéal, il aurait presque fallu commencer par celui-ci. On retrouve le nez classique de la cuvée, mais beaucoup plus marqué par le fût. La bouche est tout autant dominée par le fût, et ne laisse pas une fraîcheur aussi idéale. Les millésimes récents vieilliront bien mieux, car il possède à la fois la densité et la fraîcheur.

Jurançon Cuvée Catherine 2005
Le nom de la cuvée provient de la sœur de sa mère. C’est une vendange tardive, qui a été refusée au 3ème label (ce qui est très fortement regrettable, au vu de sa qualité exceptionnelle!). 2007 sera ramassé ce samedi, car les vignes sont sous filet. Tous les raisins de ce 2005 étaient passerillés. Un seul mot résume ce vin : la pureté. Zeste, mandarine, fruit de la passion, très grande complexité aromatique, ce vin est une ode aux grands moelleux. Bien plus concentré que les vins précédents, il paraît être plus léger (!), fin, aérien. Il a une finale d’une longueur inouïe.

Jurançon Vendanges Tardives 2004
Par rapport à son petite sœur, cette VT a une puissance beaucoup plus marquée à la fois au nez et en bouche, grâce notamment à une acidité sur le zeste de citron. La finale dévoile des notes d’ananas mûr. Moins de classe que la bouteille précédente, elle est toutefois d’un haut niveau.

Cuvée Paul Mirat 1995
Paul Mirat était un peintre ‘naïf’ du début du 20ème siècle, ami de René Hégoburu (mari d’Yvonne). La robe est teintée de reflets orangés. Ce 1995 est à maturité, et montre une certaine richesse opulente. Les arômes d’ananas rôti sont imposants, et son équilibre, moins frais, fait penser à une expression de Sauternes.

Cuvée Pour René 1996
Son nez est absolument somptueux, avec la truffe blanche très présente et dominante. Se présentent ensuite des notes de caramel, d’abricot confit et de gingembre. L’acidité haute de ce millésime confère équilibre et longévité à ce vin, vraiment excellent.


Le paradoxe des grands vins moelleux et liquoreux est de pouvoir concentrer l’acidité et le sucre. Soutenus par la qualité du petit manseng, les Jurançon moelleux d’Yvonne Hégoburu sont d’un niveau absolument remarquable. La vallée chaude où se situe le domaine, à Laroin près de Pau, est idéalement ventilée. L’inventivité du domaine a été de garder des vignes basses, contrairement aux pratiques générales de la région. Plus sensibles au gel, elles permettent toutefois de mieux nourrir chaque grappe. Le travail de taille et la conduite du vignoble, absolument exemplaires, garantissent une maturité parfaite du raisin. Il ne faut pas oublier la production de Jurançon sec, qui ne cesse de progresser. Toute la production récente a un côté ‘juste, précis et net’.
Yvonne Hégoburu, passionnée et passionnante, a un enthousiasme immense et une volonté de fer. A 80 ans, elle nous donne une belle leçon de respect et d’humilité.

C.R. : Grains Nobles

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins