• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Italie arrow Domaine Luciano Sandrone (Piémont-Italie) avec Barbara Sandrone
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Domaine Luciano Sandrone (Piémont-Italie) avec Barbara Sandrone Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Domaine Luciano Sandrone

(Piémont – Italie)

Présentée par Barbara Sandrone
 
Avec la présence de Bernard Burtschy et Jean Emmanuel Simond

  


Grains Nobles le jeudi 11 septembre 2008

Les grands parents de Barbara Sandrone étaient menuisiers. Luciano Sandrone a créé le domaine en 1978 dans le cœur du village de Barolo. Il acquière moins d’un hectare de vigne dans le très célèbre Cannubi Boschis. Il avait au préalable appris le travail de la vigne et de l’élevage dans un domaine très traditionnel, Giacomo Borgogno, qui existe encore aujourd’hui. L’année 1978 est exceptionnelle pour le Piémont et permet au domaine de démarrer avec une grande qualité. A peine 1500 bouteilles ont été produites. Il se regroupe avec quelques jeunes vignerons comme Dominique Clerico (Clerico Domenico), Roberto Voerzio et Giuseppe Rivetti (La Spinetta). Il se nomme alors "Piccoli Produttori". Il est à souligner qu’aujourd’hui ces producteurs sont au sommet de la production du Piémont.

Lors de la première messe Vinitaly (une référence pour le pays) un agent américain est séduit par les vins de Luciano Sandrone et il souhaite lui acheter toute sa production. Il faut savoir qu’à ses débuts le domaine travaillait avec une coopérative appelée Marquesi Dei Barolo. La mère de Barbara Sandrone arrêtera de travailler pour cette coopérative en 1985 et son père uniquement en 1990. De plus cette période est marquée par des achats et des contrats (en général à long terme) de vignes. En 1995, ils trouvent un terrain plus plat en contre bas du village de Barolo pour construire une nouvelle cave. Elle permet de travailler sur 3 niveaux par gravité. Dans le vignoble, tout est mis en œuvre pour apporter tout le soin à chaque pied tout au long de l’année. Il n’y a aucune utilisation de produits chimiques. Le domaine ne revendique pas de label biologique. Le style se veut traditionnel dans l’élaboration des vins, avec la modernité des installations permettant de mieux respecter la vendange et tout le travail en amont dans les vignes. Les élevages se font en tonneaux (500 litres) pour ne pas trop marquer les vins par le bois.

Les 25 hectares sont plantés avec trois cépages : Dolcetto, Barbera et Nebbiolo. La moitié de cette superficie est en propriété et l’autre en location de longue durée. Ces vignes permettent de produire 5 vins rouges différents, que nous allons goûtés ce soir. En réalité il faudrait ajouter une cuvée particulière, appelée Pe Mol qui est un assemblage de Dolcetto et Barbera.

L’organisation du domaine reste familiale. Luca, le frère de Luciano Sandrone, de 3 ans l’aîné de Barbara, est également très impliqué.

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--><!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Dolcetto d'Alba 2007

Le cépage Dolcetto est considéré comme l’entrée de gamme. Il est connu pour sa souplesse. L’élevage se fait en cuve inox pendant 10 mois. Le village d’Alba, situé à quelques kilomètres au Nord-Est de Barolo, a donné son nom à l’appellation (DOC pour Denominazione di Orignine Controllata) Dolcetto d’Alba.

11 parcelles permettent de produire ce vin et chacune est élevée séparément, comme toujours au domaine Luciano Sandrone. Idéalement il faut attendre un an après la mise en bouteille pour le goûter au mieux. Barbara Sandrone ajoute que le cépage donne un goût fruité et une belle fraîcheur au vin, qu’elle qualifie de ‘vin de tous les jours’.

Le cépage est assez fragile et est mûr toujours tôt. Les vignes ont entre 30 et 35 ans d’âge. La bouteille est de type classique, dite Albeisa (ce nom est d’ailleurs gravé sur la bouteille).

La robe est rouge, claire et aux reflets brillants. Le nez est ouvert malgré la mise récente (juillet 2008). Il exprime des notes de fruits rouges, de cerise puis de myrtille. La bouche est relativement dense au premier abord avec des tannins encore présents mais veloutés en finale, sur des arômes de cerise griotte et de réglisse. L’acidité donne un équilibre et une longueur agréable. Ce vin est d’une belle finesse et très gourmand.

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Dolcetto d'Alba 2006

Le millésime 2006 se caractérise par une bonne météorologie, surtout pendant les vendanges.

D’une robe plus soutenue, ce vin montre des notes mûres de fruits plus noirs, de tomate séchée avec une pointe de volatile apportant de la complexité. Le grain de tannin est moins élégant, plus compact. La finale est très épicée. A l’aération le vin prend des notes réglissées et mentholées.

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Barbera d'Alba 2006

Le cépage Barbera possède une acidité haute et peu de tannins. Il se récolte habituellement fin septembre. Il est plus rustique que le Dolcetto et plus versatile, car il s’adapte à tout type de sol. La Barbera est productif et le domaine Luciano Sandrone pratique deux vendanges en vert.

Un total de 8 parcelles différentes permet de produire ce vin. Ces vignes sont situées entre 400 et 450 mètres d’altitude à Monforte et Novello.

La macération est courte, puis les jus fermentent 20 à 25 jours. Les malolactiques sont faites en tonneaux, renouvelés sur 20 à 25% chaque année.

La robe est rubis. Le premier nez est un peu marqué par le bois, sans être dérangeant. Puis viennent des notes chocolatées, de kirsch et de fruits rouges. Le corps est de demi intensité avec une grande acidité apportant de la fraîcheur. Les tannins sont encore présents mais bien fins et mûrs.

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Barbera d'Alba 2005

Le mois d’août 2005 a été marqué par des changements importants de températures. Ce phénomène a entraîné des interruptions dans la maturité des raisins.

La robe est plus dense que le 2006. Le vin est initialement légèrement réduit. Il libère ensuite des arômes de fruits noirs, de réglisse et de bois. La bouche est puissante, dense et serrée.

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Barbera d'Alba 2004

La version de Barbera du millésime 2004 a un nez légèrement grillé avec des notes de fruits rouges bien mûrs. Le vin présente une grande harmonie avec une superbe complexité. Il est dense et léger à la fois, avec un superbe équilibre en finale. Il a plus de fond que le 2006 et est plus complet que le 2005. C’est une très belle réussite.

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Nebbiolo d'Alba Valmaggiore 2006

Le village d’Alba est au milieu de la zone du Piémont. Il est traversé par la rivière Tarano. Au Sud se trouve la région de Langhe et au Nord celle de Roero. Cette dernière se situe en dehors de la zone de Barolo. Les vignes du domaine Luciano Sandrone sont à 25 kilomètres au Nord d’Alba, à Vezza d’Alba. Elles ont été acquises en 1992 à 28 familles différentes. Les sols sont constitués d’alluvion, de sable, de coquilles et de fossiles. Les coteaux sont pentus et la densité de plantation a été augmentée à 8.000 pieds/ha pour lutter contre l’érosion.

Les fermentations alcooliques durent de 25 à 28 jours, puis les malolactiques se font en tonneaux. Les vins ont toujours une couleur claire, due au sol. Les mises en bouteilles se font avant Noël de l’année suivant la vendange.

Barbara Sandrone rappelle que le nom de Nebbiolo vient du brouillard. La différence de températures entre le jour et la nuit apporte en effet des brouillards réguliers dans le Piémont. Le cépage est tardif et le domaine effectue jusqu’à 8 vendanges différentes. Les vignes ont sur cette parcelle 15 à 20 ans d’âge.

La robe du 2006 est effectivement rouge claire, transparente. Le nez est dominé par les fruits rouges légèrement macérés. Le bouquet est fin et épicé. C’est un vin élégant, de demi corps avec des tannins veloutés. La longueur est intéressante.

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Nebbiolo d'Alba Valmaggiore 2005

Le nez de ce Valmaggiore est plus fermé. Après quelques minutes il révèle des fruits noirs et de la réglisse. Le tannin est marqué, serré et tendu. C’est une version plus puissante et moins élégante que la précédente.

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Nebbiolo d'Alba Valmaggiore 2004

Le vin dispose d’un nez ouvert sur le cèdre, les fruits rouges légers, le thé (jasmin) et la cerise avec une très belle élégance de parfums. La fraîcheur est notable, malgré la grande matière. La longueur est tout à fait remarquable et vibrante. Le bois est parfaitement intégré.

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Barolo Le Vigne 2004

Barolo dispose d’une tradition d’assemblage. Cinq villages peuvent prétendre à la dénomination DOCG (Denominazione di Origine Controllata e Garantita) Barolo : La Morra, Barolo, Monforte, Serralunga et Castiglione. Le domaine Luciano Sandrone utilise 4 parcelles pour produire sa cuvée Le Vigne : Novelo, Barolo et 2 à Monforte.

Le nez est initialement discret mais dévoile sa complexité aromatique sur les fruits rouges, les épices et une touche florale. Son élégance se retrouve en bouche avec un toucher absolument superbe, très fin et velouté. La longueur est prodigieuse.

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Barolo Cannubi Boschis 2004

Cannubi Boschis est une vigne isolée. C’est le vin le plus connu du domaine par sa qualité et également parce que c’est la première parcelle (historique) du domaine. Les vignes ont 35 à 40 ans d’âge et sont situées dans un amphithéâtre à 300 mètres d’altitude. Les sols se trouvent à l’intersection des sables descendant de la Morra et des argiles de Monforte. La parcelle dispose d’un microclimat particulier. La vendange a lieu en général durant la deuxième semaine d’octobre.

Le Vigne 2004 était déjà excellent, mais ce Cannubi Boschis est encore plus complexe. Son nez de fruits rouges très purs, de framboise et de violette est magnifique. La matière est très impressionnante, mais le génie du vin permet d’éviter qu’il soit lourd. L’équilibre est magistral et la finesse énorme. Ce vin est manifestement très proche de la perfection absolue.

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Barolo Le Vigne 2002

Le millésime 2002 a été extrêmement difficile dans le Piémont. Un orage de grêle est passé dans le vignoble le 3 septembre, anéantissant une large partie de la récolte. La cuvée Le Vigne est produite habituellement à hauteur de 15.000 à 18.000 bouteilles. Il n’y en a eu que 5.000 pour le millésime 2002. Seules les deux parcelles de Monforte ont été utilisées. Il est à noter également que la cuvée Cannubi Boschis n’a pas été produite.

La robe présente une belle couleur, légèrement évoluée sur les bords. Le nez est composé de fraise, cerise et d’une touche de bois. Les arômes secondaires se développent et montrent un vin approchant de la maturité. Il n’a pas la complexité et la fraîcheur des grands Barolo mais pourra être dégusté plus jeune. Les tannins sont légèrement asséchants et la finale d’une longueur moyenne. Il souffre surtout de son passage après deux très grands vins d’un millésime exceptionnel, qui font ressortir ses défauts.

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Barolo Le Vigne 2003

Les vendanges du millésime 2003 ont démarré avec 4 semaines d’avance. Les températures sont montées jusqu’à 42°C le jour et 37°C la nuit. Le Nebbiolo n’était donc pas à son avantage, car c’est un cépage qui aime la fraîcheur.

Le Vigne montre une belle concentration, principalement avec des arômes de fruits noirs, d’épices et de cuir. La bouche est dense, puissante et massive. Toutefois les tannins montrent une belle maturité et le vin dispose d’une certaine fraîcheur. C’est manifestement un vin de grande garde, qui devra bien se révéler dans une dizaine d’années.

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Barolo Cannubi Boschis 2003

L’avantage principal de Luciano Sandrone dans le millésime 2003 a été de pouvoir choisir ses raisins pour la cuvée Le Vigne. Le Cannubi Boschis est pour cela légèrement moins réussi, mais cela ne doit pas être pris négativement. Le nez de ce vin est d’une belle élégance, de réglisse et de pruneau. Le vin est opulent et très puissant. La finale présente juste moins de fraîcheur que Le Vigne.

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Barolo le Vigne 2000

2000 a été placé après le couple de 2003 car c’est également un millésime chaud. Le vin est désormais sur un développement aromatique secondaire, avec des notes terreuses, de truffe, d’eucalyptus, de kirsch et de cuir. L’entrée en bouche est expressive, très riche mais dès le milieu le vin s’affine pour gagner en soyeux avec des tannins mûrs et veloutés.

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Barolo Cannubi Boschis 1998

Ce dernier vin est un bel exemple de Barolo approchant de la maturité. D’une belle complexité, il se distingue par sa fraîcheur et son élégance. On retrouve des notes de cerise, de mûres et de violette. La structure en bouche n’est plus aussi puissante, mais l’harmonie est bien là, avec beaucoup de finesse et une qualité de tannins absolument superbes.



Compte-rendu : David Rayer

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins