• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Cépages arrow Découverte d’un Cépage : le Manseng
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Découverte d’un Cépage : le Manseng Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

 Découverte d'un Cépage : Le Manseng

présentée par David Rayer




Grains Nobles le mercredi 12 novembre 2008

Introduction

L’histoire du manseng remonte au 13ème siècle en Navarre. Il fait parti de la famille des cotoïdes. Le gros manseng et le petit manseng ont donc la même origine génétique mais ne sont toutefois pas très proches. Le gros manseng a des baies de taille plutôt importante et les rendements sont de base élevés. Il est de maturité tardive et est habituellement récolté en octobre. Le petit manseng a de petites baies. Elles sont bien aérées ce qui évite le développement de la pourriture. Les vendanges se font de novembre à décembre, voire janvier dans certains cas extrêmes, sur des raisins passerillés.
Il existe également le manseng noir, un cépage aujourd’hui presque disparu. Il a toutefois été replanté voilà trois ans par le domaine Pouypardin dans le Gers, avec pour objectif de faire un vin uniquement avec ce cépage.
Les cépages autochtones du Sud-Ouest sont très nombreux (plus de cent cinquante) et cette diversité a généralement inhiber le développement du manseng dans les autres régions du Sud-Ouest, hormis le Vic Bihl et Irouléguy. L’histoire du vignoble de Jurançon est passionnante à suivre depuis son apparition. A partir du 17ème siècle la culture de la vigne se transforme pour être conduite en hautin encore utilisé aujourd’hui.
L’appellation d’origine contrôlée Jurançon a été obtenue en 1936. 25 communes peuvent en produire, avec les cépages petit manseng, gros manseng, courbu, camaralet et lauzet (ces deux derniers étant très rares). Les raisins sont récoltés à surmaturité et le sucre résiduel doit être supérieur ou égal à 35 g/l. Il a fallu attendre 1975 pour voir l’appellation Jurançon sec. Les vins doivent avoir moins de 4 g/l de sucre résiduel. Enfin il existe depuis 1996 une appellation Jurançon Vendange Tardive, pourtant très peu revendiquée.


Les vins de la dégustation

Jurançon sec Happy Hours Cool 2007
Marie Hours a lancé la collection ‘Trendy’ avec une cuvée de Jurançon sec et une cuvée de Jurançon. L’habillage est moderne, le bouchon vert fluo. Ce vin montre bien le caractère variétal du gros manseng, avec des notes d’agrumes et d’amande. La matière reste légère et offre de la fraîcheur.

Jurançon sec Souvenirs d’enfance Domaine de Bordenave 2007
Le domaine de Bordenave présente avec cette bouteille issue de gros manseng un vin à la robe plus dorée avec une belle maturité des raisins. Le nez est plus complexe avec une pointe exotique. L’extrait sec est plus important et donne une belle structure à la bouche, dotée d’une belle longueur.

Jurançon sec Chant des Vignes Domaine de Cauhapé 2007
Nous dégustons les deux vins secs du domaine de Cauhapé côte à côte. Celui-ci est produit avec le gros manseng et élevé sous bois pendant 10 mois. L’impact est remarquable au nez car l’oxydation ménagée apporte une complexité aromatique supplémentaire. Les raisins ont été vendangés très précocement (1er septembre) et le vin présente des notes vertes, herbacées rappelant l’expression variétale du sauvignon blanc. En bouche l’acidité est marquée et puissante.

Jurançon sec La Canopé Domaine de Cauhapé 2006
Seul le petit manseng est utilisé pour la cuvée La Canopée. Il est rare de trouver de tels vins car classiquement le gros manseng produit le Jurançon sec et le petit manseng le moelleux. Ce 2006 montre la richesse du millésime sous sa robe dorée. L’aromatique est complexe et fine. La maturité se retrouve en bouche avec une grande matière. La puissance est toutefois à la limite de déséquilibrer le vin.

Jurançon sec Cuvée Marie Clos Uroulat 2006
Le gros manseng est accompagné d’une très petite quantité de courbu. Charles Hours ne produit que deux cuvées. Le Jurançon sec porte le nom de sa fille. Le vin présente en 2006 une belle maturité mais ne perd en rien sa pureté et sa finesse. Il dévoilera le meilleur de son potentiel dans quelques années.

Jurançon sec Les Casterasses Bru Baché 2005
Claude Loustalot convertit les 8 ha du domaine de Bru Baché en agriculture biologique avec quelques essais de biodynamie. Les vignes se situent à l’Ouest de Monein sur les pentes de Casterasses, un des endroits les plus élevés de la commune. Cette cuvée de Jurançon sec est issue de vendange à haute maturité de gros manseng, fermentée et élevée en barriques de deux ou trois ans pendant 18 mois. La robe de ce vin montre la concentration des raisins. Le vin dévoile des notes de noisette, de pêche et d’épices comme la cannelle et une pointe de gingembre.

Clos Joliette 1992
L’aventure du Clos Joliette se poursuit grâce à Michel Renaud, aujourd’hui caviste à Paris. Le terroir mythique de Joliette se situe à Jurançon sur des poudingues. Les vignes sont très vieilles et issues de sélections massales de premier ordre. 1992 a été un millésime très délicat à Jurançon, comme dans le reste de la France. Et pourtant ce vin est une véritable surprise par sa finesse aromatique avec des notes d’orange amère et de truffe. Le jeu en bouche est incroyable avec un équilibre de demi-sec et une finale aérienne zestée.

Petit Manseng Collection Privée des Frères Couillaud 2007
Le petit manseng a été planté sur les terres du muscadet. Les frères Couillaud du domaine de la Ragotière ont produits en 2007 une version moelleuse avec 76 g/l de sucre résiduel. Le vin a un équilibre parfait et une grande fraîcheur. C’est à ce jour le plus beau vin produit avec ce cépage en dehors de sa région d’origine.

Terrazas de Los Andes Afincado Tardio 2004
Les vignes de petit manseng sont plantées à 1.000 mètres d’altitude sur le flanc Est de la Cordillère des Andes. L’élevage de ce vin est ambitieux puisqu’il s’est fait à 100% en fût de chêne neuf. Le nez s’en trouve marqué par des notes boisée, vanillée et de coco. La maturité des raisins étaient poussées et confère des notes exotiques de mangue et de fruit de la passion. La bouche repose sur une belle densité avec une finale un peu trop puissante et manquant de fraîcheur.

Petit Manseng Dernières Grives Domaine de Tariquet 2001
Le domaine de Tariquet est réputé dans la région du Gers pour produire des vins à très bons rapports qualité/prix. Ce 2001 a une robe ambrée. Le vin a moins d’ampleur et d’expression que les deux précédents et présente moins de densité en bouche, ce qui l’avantage dans son côté facile à boire.

Jurançon Domaine de Souch 2005
Le Jurançon du domaine de Souch est servi en même temps que celui du Clos Uroulat. Et cette paire de vins est absolument magnifique. Yvonne Hégoburu produit ce ‘simple’ Jurançon avec une proportion égale de gros et petit manseng. L’élevage se fait en cuve inox. La robe est claire et brillante. La pureté au nez est splendide avec des accents de fruits jaunes, d’ananas et de pêche. La fraîcheur en bouche est étonnante malgré la belle concentration.

Jurançon Clos Uroulat 2006
Le Clos Uroulat est élevé en barrique et ne provient que de petit manseng. L’oxydation ménagée par cet élevage apporte une complexité supplémentaire. La bouche est équilibrée et d’une grande allonge. Cette bouteille est sans aucun doute l’une des plus belles réussites de l’appellation sur le millésime 2006.

Jurançon L’Eminence Bru Baché 2005
La robe de la cuvée Eminence est bien plus marquée que celle de la Noblesse du Temps de Cauhapé. Ce 100% petit manseng est élevé uniquement en bois neuf. Il en ressort un vin complexe, très riche et à l’oxydation déjà avancée sans être négative. Elle apporte des notes de rancio distinguées. Le boisé est encore bien présent en bouche.

Jurançon Noblesse du Temps Domaine de Cauhapé 2005
Ce Jurançon du domaine Cauhapé est également élevé seulement sous bois neuf. La puissance du fruit en bouche donne un vin d’expression encore primitive et au beau potentiel de garde.

Jurançon Marie-Kattalin Domaine de Souch 2005
La cuvée Marie-Kattalin est produite avec du petit manseng élevé en fût d’un vin. Le vin développe de superbes notes d’abricot, de fruits confits et de mangues. La note de truffe blanche est déjà présente, mais s’accentuera avec le vieillissement. La bouche est à la fois riche et fine. L’acidité citronnée apporte une grande fraîcheur. La longueur est remarquable.

Compte-Rendu : David Rayer

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins