• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Beaujolais arrow Domaine Desvignes (Morgon)
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Domaine Desvignes (Morgon) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Domaine Louis-Claude Desvignes

Morgon
avec Claude-Emmanuelle et Louis-Benoît Desvignes




Grains Nobles Paris le jeudi 20 novembre 2008

INTRODUCTION

Le Domaine Louis-Claude Desvignes est un domaine de longue tradition familiale (1812) puisque il est dans la même famille depuis 8 générations. Morgon, après Brouilly (1300 ha) est la deuxième appellation du Beaujolais par sa taille avec 1100 ha. L’appellation est composée de 5 climats. Entièrement situé sur l’appellation Morgon, le Domaine Desvignes comprend 13ha dont (2,5 ha sont en métayage) situés sur deux climats :
- le climat de la « Côte du Py » (le plus réputé de Morgon), composé de granites et schistes avec roche bleue. Ce terroir donne naissance à deux cuvées : le « Côte du Py » (issu de parcelles situées sur la partie haute) et le « Côte du Py cuvée Javernières » (sélection parcellaire sur la partie basse), vin qui met généralement plus de temps à s’ouvrir.
- le Climat de « Douby » (sur des sols plus légers et moins prestigieux) donnant naissance aux cuvées « La Voûte Saint-Vincent » (entrée de gamme) et la « Roche noire ».
Depuis les années 1960-1970, le domaine met lui-même en bouteille les vins de la Côte du Py. Les autres le sont également depuis les années 2000.
Le travail est réalisé en lutte raisonnée. Les désherbants ont été abandonnés depuis 2004, au profit d’un labour intégral (à l’exception de quelques expériences d’enherbement, cependant difficiles à mettre en œuvre car les vignes sont basses et serrées). Le domaine dispose d’un gros patrimoine de vieilles vignes (de 50, 70, 90 ans) plantées à 10 000 pieds/ha en gobelet et historiquement taillées très basses (et dons difficiles à travailler). Les rendements dépassent rarement 45 hl/ha.
La philosophie du domaine est de produire des morgons tanniques, de garde. Pour ce faire, les vins sont travaillés en macération semi-carbonique en grappe entières avec délestages (réinjection violente du vin sur le chapeau pour casser les baies, oxygéner et extraire – à titre d’exemple : 3 délestages en 1997). Les cuvaisons sont longues. Un levurage léger à partir de levures neutres et/ou sélectionnée sur le terroir de Fleury sont utilisées pour garantir le bon démarrage des cuves (et donc éviter les brettanomyces). Le vin est travaillé en cuves de ciment pour bénéficier de l’inertie thermique.

LES CUVEES DEGUSTEES

Morgon Côte de Py 2007 (***(*))
Robe pourpre brillante. Nez de gamay un peu fermé (probablement lié à la mise récente), légèrement épicé (poivre). L’attaque est droite, les tannins sont fins. La bouche, de concentration moyenne, est équilibrée. Belle acidité.

2007 a été un millésime assez pluvieux en aôut. Le milllésime plus acide et moins gras que 2006. 2008, malgré les difficultés devrait être assez bon.

Morgon La Voûte Saint-Vincent 2006 (***)
Robe pourpre peu foncée. Le nez, un peu fermé, est aussi plus variétal. L’attaque est fluide, la bouche réglissée. Un joli vin de soif.

Morgon Côte de Py 2006 (***(*))
Robe pourpre assez foncée. Nez fermé mais qui annonce un vin dense. La bouche est très équilibrée, les tannins sont serrés et fins. La bouche est longue.

Morgon Côte de Py Javernières 2006 (****)
Robe un peu moins foncée que celle du précédent, ce qui semble être la règle mais pourrait étonner vu que les parcelles sont plus basses sur le coteau. Nez fermé, un peu mentholé. Bouche exprimant un raisin bien mûr. Les tannins sont très serrés. Impression plus aérienne. Le vin manque d’unité et d’ouverture à ce stade. A attendre.

Morgon Roche noire 2005 (****)
Par provocation (et ou/pour accueillir l’étiquette dessinée par des amis de la famille), le vin est mis en bouteille dans un format bordelais. Dans le verre, la robe est assez foncée. Le nez est frais mais moins complexe que ceux des vins précédents. L’attaque est dense, le milieu de bouche tannique. Peut-être un délestage de trop, sur ce vin ? Finale assez longue.
A noter que le sol comporte plus de grès et de sable que sur la Côte du Py.

Morgon Côte de Py 2005 (*****)
La robe est foncée. Le nez dense, révèle quelques notes mentholées. L’attaque est très dense, les tannins fins et très serrés. Finale un peu courte du fait des tannins très présents. Un vin de garde qu’il faudra attendre cinq à dix ans au moins.

Morgon Côte de Py Javernières 2005 (*****)
La robe est foncée (un peu moins que sur le précédent). Nez très racé et dense, encore fermé. L’attaque est ronde. Le milieu de bouche est concentré avec des arômes de raisin très mûrs, des épices douces. La finale est longue.

Morgon Côte de Py Javernières 2004 (***(*))
Robe légèrement orangée. Nez pas très net. La bouche donne une impression de sucrosité. Equilibré, assez long.

Morgon Côte de Py Javernières 2003 (***(*))
Nez d’encens, d’épice douce, de fruits confits. Attaque fluide, tannins très serrés (un peu asséchant). Belle bouche très orientale. Assez long.

Morgon Côte de Py 2001 (***(*))
Robe légèrement orangée. Nez un peu réduit qui s’ouvre sur des encens, de la réglisse. Bouche fluide, tannique. Un acidité un peu mordante. Finale assez longue.
Il s’agit du dernier millésime vinifié entièrement par leur père.

Morgon Côte de Py 2000 (****(*))
Robe légèrement orangée. Nez un peu réduit qui s’ouvre sur des épices douces, très orientales. Bel équilibre et belle longueur. Une réussite.

Morgon Côte de Py Javernière 2000 (*****)
Robe foncée légèrement tuilée. Très beau nez dense et complexe sur les épices. L’attaque est à la fois droite et dense. Le milieu de bouche présente des tannins fin, serrés et en partie fondus. Les épices douces sont bien présentes. Très belle longueur.

Morgon Côte de Py 1999 (****(*))
Robe foncée à reflets orangés. Nez réduit qui a besoin de temps pour s’ouvrir. Attaque ronde, milieu de bouche porté par une belle acidité. Un vin à carafer et/ou à attendre encore quelques années.

Morgon Côte de Py Javernière 1997 (***)
Robe rouge tuilée. Nez oriental (pas totalement net) avec une pointe de « brûlé ». Attaque fluide. Bouche sur les épices douces. Longueur moyenne. Manque un peu de profondeur.

Morgon Côte de Py Javernière 1996 (****)
Robe foncée. Nez racé sur des épices douces. Attaque très droite, belle fraîcheur. Bouche un tantinet austère. Un beau vin dans la lignée des 1996.

Morgon Côte de Py Javernière 1995 (****(*))
Robe orangée. Nez plus exubérant (sur les épices douces) que le 1996. La bouche est également plus charmeuse. Un très beau vin sur ses arômes secondaires, à son apogée.

Compte-rendu : David Flacher





 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins