• Français
  • English
  • German formal - Sie
Ecole de Dégustation de vins
Accueil arrow Carnet de notes arrow Bourgogne arrow Vins conventionnels et vins bios dans une même appellation : le Rhône par Yaïr Tabor
 
Ecole
Accueil
Dernière minute !
Programme des dégustations
S'inscrire aux dégustations
Carnet de notes
Soirées spéciales
 
Vins conventionnels et vins bios dans une même appellation : le Rhône par Yaïr Tabor PDF Print E-mail

Comparatifs vins conventionnels et vins bios dans la vallée du Rhône

présenté par Yaïr Tabor

 

 

Grains Nobles le 18 juin 2009

La deuxième séance de cette série a été consacrée à des comparatifs entre, d'une part, des vins conventionnels et, d'autre part, des vins biologiques ou « biodynamiques » de la vallée du Rhône. Les vins présentés, issus d'encépagements globalement similaires, proviennent en général de la même commune. Au cours de ces comparaisons, nous avons également pu goûter les vins de deux domaines avant et après conversion à la « bio ».

La dégustation a eu lieu à l'aveugle par appellation communale.

Quelques rappels succincts :

Agriculture biologique :

C'est un mode de production agricole - concernant la pratique culturale et non la vinification à ce jour  - qui exclut l'usage des produits chimiques de synthèse, des OGM et limite l'emploi d'intrants pour mieux respecter les équilibres écologiques.

Les objectifs principaux sont de :

•1.     Maintenir la fertilité du sol

•2.     Entretenir la biodiversité

•3.     Recycler les matières organiques naturelles

•4.     Promouvoir la prophylaxie et la gestion globale du vignoble

Pour bénéficier du label « AB » (agriculture biologique) tous les intervenants de la chaîne de production doivent être certifiés par un organisme agréé par le ministère de l'agriculture, tel ECOCERT.

Depuis le début de l'année 2009, une nouvelle réglementation européenne est entrée en vigueur. Elle concerne également les produits agricoles transformés et la vinification en fera partie. Les cahiers des charges sont en cours de rédaction.

Par ailleurs, il existe également des chartes de droit privé régissant les règles de transformation des raisins biologiques en vins.

Processus de conversion à l'agriculture biologique:

La récolte qui intervient dans les 12 premiers mois après la date de début de conversion ne doit avoir aucune référence au mode de production biologique. La ou les récoltes intervenant entre le 12ème et le 36ème mois après la date de début de conversion peuvent être mises sur le marché avec la référence « Produit en conversion vers l'agriculture biologique » ou « Produit issu de terre en conversion vers l'agriculture biologique ». La récolte qui a lieu après le 36ème  mois après la date de début de conversion peut bénéficier de la référence : « Produit de l'agriculture biologique »

Agriculture biodynamique :

Extraits du site Biodyvin :

Proposée en 1924 pour répondre aux préoccupations des agriculteurs qui voyaient déjà leur terre en danger, la biodynamie est une méthode de culture qui va beaucoup plus loin que le fait d'exclure l'emploi de produits chimiques de synthèse.

Ses principes ont été définis en 1924 par Rudolf STEINER. Elle pourrait se résumer sommairement dans les trois points suivants :

  • la valorisation du sol et de la plante dans son environnement naturel grâce à des préparations issues de matières végétales, animales et minérales ;
  • l'application de ces préparations à des moments précis dans le cycle de l'année : c'est la partie dynamique. Elle reconnaît dans la terre, prise au sens large (roche mère, terre labourable, environnement aérien) un organisme à part entière. Ainsi, elle agit comme un médecin qui choisirait, pour soigner ses malades, des traitements spécifiques mettant en œuvre des forces de vie ;
  • le travail du sol par des labours et des griffages.

Ces soins favorisent :

  • l'amélioration de la qualité de la terre par la présence d'une grande variété de bactéries ;
  • un meilleur enracinement de la plante, avec des racines plus denses, plus allongées ;
  • un meilleur développement des feuilles et des fleurs par l'apport d'énergie nécessaire à une fructification harmonieuse.

Deux marques certifient les viticulteurs engagés dans la viticulture biodynamique :

      Biodyvin, contrôlé par ECOCERT

      DEMETER, marque internationale.

Une certification existe également pour les vins, l'objectif étant d'abolir les intrants en vinification, de limiter les doses de S02 par rapport aux normes européennes et de conserver les équilibres naturels des raisins.

Les domaines présentés et les vins dégustés, par appellation communale :

  1. Saint Joseph :

C'est une appellation de 1000 ha qui s'étend sur environ 60 km entre les villes de Condrieu et de Chateaubourg, avec des sols de trois natures : roches éruptives et métamorphiques (granite) avec gneiss et micaschistes, formations sédimentaires et calcaires au sud de l'appellation et enfin quelques rares formations alluviales. Le cépage autorisé - ici comme également à Cornas et Crozes-Hermitage - est la syrah avec la particularité locale de pouvoir être mélangé à 10% de marsanne ou de roussanne.

·         Domaine Monier Terres Blanches 2006- biodynamie depuis 1996 :

Le domaine est situé à Brunieux à quelques kilomètres de Saint Désirat, au centre de l'A.O.C. Saint Joseph. Ancien coopérateur, Jean-Pierre Monier est un des pionniers de la biodynamie dans la région.

La bouteille de Terres Blanches 2006 dégustée a présenté une matière pleine, encore un peu démonstrative avec un boisé présent mais assez élégant. A ce jour, un vin plus en puissance qu'en finesse.

·         Cave de St Désirat  cuvée Septentrio 2006

Cette cave coopérative couvre près de 600 ha pour différents types de vin et comporte 350 adhérents vignerons.

La cuvée Septentrio est un « milieu de gamme ».

Après une récolte manuelle, les raisins ont été vinifiés et élevés en cuve, puis transférés en barriques

Cette cuvée ne s'est pas très bien goûtée lors de cette soirée, un peu massive, puissante et manquant légèrement de finesse. Logiquement, elle devrait s'affiner ...

·         Pierre et Jean Gonon 2006

Les deux frères sont installés à Mauves au cœur historique de l'appellation Saint Joseph et travaillent sur 9 ha de vignes situés sur les communes de Mauves, Tournon et, depuis peu, Saint Jean de Muzol, dans le département de l'Ardèche. Les rendements sont assez faibles (38 hl/ha) et une conversion à l'agriculture biologique a commencé en 2008.

Une belle bouteille avec un beau fruit frais, de la tension, de la sapidité et de l'élégance. Finale longue et aérienne qui semble traduire un beau terroir. Une vinification en souplesse, semble-t-il ...

Le vin bio n'a pas été reconnu

  1. Crozes-Hermitage : Les Machonières du Gaec des Entrefauds François Tardy

C'est l'appellation la plus vaste des Côtes-du-Rhône septentrionales avec plus de 1300 ha de vignes. Au nord on trouve des sols granitiques, au centre une terrasse recouverte de loess et de sables blancs alors qu'au sud ce sont plutôt des cailloux issus des différentes époques glaciaires qui prédominent.

Le domaine des Entrefauds, placé sur un terroir argilo calcaire caillouteux de 26 ha, produit 2 cuvées de vins blancs et 4 de rouges, dont les Machonnières situées sur les communes de Beaumont-Monteux et Mercurol. Cette parcelle s'étend sur une surface de 3 ha, avec un sol argilo-calcaire pour les deux tiers et caillouteux pour le reste. Les vignes, âgées de 25 à 50 ans sont labourées ou enherbées. La vinification est peu interventionniste et l'élevage sur lies plutôt réducteur après une fermentation malolactique en fût.

·         2005(après conversion à la biodynamie) :

De la pureté, de l'élégance, des fruits frais, de la tension, malgré la puissance de ce millésime solaire qui ne gomme heureusement pas l'éclat du vin

·         2001 :

Un vin plus sec, aux tanins très légèrement poussiéreux mais doté d'une belle énergie. En comparant les deux millésimes, l'évolution des pratiques culturales semble perceptible. Peut-être la vinification a-t-elle changé également ?

  1. Cornas

L'appellation couvre 105 ha limités à la seule commune de Cornas, dans le département de l'Ardèche, sur la rive droite du Rhône. Une cinquantaine de producteurs y possède des parcelles, parfois très restreintes. L'orientation sud/sud-est du vignoble et son exposition en amphithéâtre lui procurent une maturité précoce. Les sols sont surtout composés de terrasses abruptes soutenues par des murets, aux sols généralement granitiques plus ou moins décomposés ou dégradés

·         Mathieu Barret Terrasse du Serre 2007 :

Ce vigneron possède 10 ha en AOC Cornas. Il pratique l'agriculture biologique depuis septembre 2000 et l'agriculture biodynamique depuis septembre 2001. Les terrasses du Serre représentent environ 6000 bouteilles. Elles sont issues de trois terroirs (Reynard, Arlettes et Patronne)

Pour ce vin, de la tension, une vinification précise, un bel élevage. A ce jour une expression plutôt dans la finesse que dans la concentration à laquelle on pourrait s'attendre compte tenu de l'appellation. D'année en année les vins de ce vigneron semblent s'affiner

·         Gaec du Lautaret Frères Durand Empreintes 2007

Outre une production de Saint-Joseph, les frères Durant commercialisent deux cuvées de Cornas dont « Empreintes » qui est une sélection de vignes de syrah âgées de 20 à 30 ans, aux sols composés de granites, provenant de différents terroirs de Cornas. Vinification en cuves de 3 semaines environ et élevage en fûts de plusieurs vins pendant un an, caractérisent cette cuvée.

Ce vin a eu du mal à se départir d'une réduction assez marquée, dans un contexte assez boisé. Cependant, après un ¼ heure d'aération, un fruit opulent est apparu soutenu par une matière large, sanguine, puissante.

Le vin bio n'a pas été identifié

  1. Vinsobres du domaine Chaumes Arnaud :

L'appellation a un potentiel de plantation de1400 ha - sur 1000 ha actuellement en production. Depuis 2006, c'est un cru à part entière, tel Gigondas, Vacqueyras ...Située à 400 m d'altitude, dotée d'un climat à tendance continentale, elle comprend environ 15 domaines et 3 caves coopératives.

Les sols sont marneux ou marno-sabloneux.

Le domaine Chaumes Arnaud couvre 38 hectares, avec des vignes de grenache, syrah, carignan, mourvèdre, cinsault, sur plusieurs appellations communales ; il pratique la culture biologique depuis plusieurs années (certification depuis 2006, après un début de conversion en 2003).

La cuvée présentée comporte 60% de grenache, 15% de syrah avec du cinsault et les autres cépages autorisés dans l'AOC. Le vin a été élevé en cuve pendant presque 2 ans.

·         2001 (avant le début du processus de conversion) : De fruits mûrs, voire sur mûrs, une bouche chaude avec de la sapidité mais une finale aux tanins un peu secs. Début d'évolution perceptible en bouche.

·         2004 : Un fruité plein, des épices et de la rondeur, pas d'aspérité et une finale à la matière enrobée. Une belle tension. Est-ce du à l'évolution des pratiques culturales ou aux caractéristiques de ce beau millésime assez frais ?

  1. Côtes du Rhône Village (Visan)

Appellation communale de 419 ha aux sols argilo calcaire et caillouteux.

·         Domaine de Coste Chaude cuvée tradition 2007 :

Ce domaine est composé de 21 ha de vignes sur cailloutis et argile issus d'accumulations alluvionnaires, recouvert de galets roulés.

 La cuvée tradition 2007 (80% de grenache, vinification et élevage en cuve) s'est goûtée facilement, sur le fruit, la fraîcheur, mais avec une finale un peu fuyante à ce stade d'évolution. Bien qu'elle soit destinée à être bue jeune, quelques mois de bouteilles supplémentaires lui feraient sans doute le plus grand bien.

·         Domaine la Fourmente, Jean-Louis Pouizin cuvée Nature 2007 :

Ce domaine de 50 ha est installé à Visan depuis 1992. Il  a entamé un processus officiel de conversion à l'agriculture biologique. La cuvée Nature, sur des sols argilo calcaires, comporte 60% de grenache et 40% de syrah et ne voit pas le bois.

Une belle matière pour ce vin, avec de la tension (part de syrah non négligeable) et une pointe de rusticité. Il a été reconnu comme naturel.

  1. Côtes du Rhône Village (Séguret)

Le vignoble de Séguret s'étend sur la commune éponyme, au pied des Dentelles de Montmirail, dans le département du Vaucluse, au nord de Gigondas et à l'est de Rasteau sur des coteaux et terrasses argilo-calcaires et caillouteux. Il comprend 268 ha (source : déclaration de récolte 2005).

·         Domaine Jean David 2006 :

Vignoble de 17 hectares en culture biologique, mention Nature et Progrès, contrôle Ecocert depuis 1987 avec une production de 500 à 600 hl par an. Les raisins sont plus ou moins égrappés et les moûts jamais levurés.

La cuvée Séguret - grenache 71 %, mourvèdre 8 % et syrah 6 %, carignan 6 %, counoise 4 %, cinsault 5 % -  a présenté beaucoup d'épices, de la gourmandise, des fruits mûrs, une finale fraîche. Un vin pas hyper complexe mais cependant très franc, un vin que l'on boit ...

·         Domaine de Cabasse 2006 cuvée Garnacho :

La famille Haeni s′est installé à Séguret en 1990. En, 2004, Nicolas Haeni a repris la direction du domaine.qui s′étend sur vingt hectares répartis sur les appellations de Séguret et Sablet, Côtes du Rhône Villages et Gigondas.

La cuvée Garnacho est composée de 75% de grenache, 10% de carignan, 8% de counoise et d'un peu de Syrah. Les raisins éraflés macèrent pendant 14 à 18 jours. L'élevage est réalisé en foudres traditionnels pendant 6 à 9 mois

Ce vin a été perçu plus terne, avec une petite pointe d'amertume, sans défaut mais manquant d'éclat, de relief : phase de fermeture temporaire ?

Le vin bio a été identifié.

  1. Vacqueyras

L'appellation s'étend sur les 2 communes de Vacqueyras et de Sarrians dans le département du Vaucluse, au pied des Dentelles de Montmirail. Les sols sont alluvionnaires ou composés de terrasses glaciaires du Riss (période glacière de l'ère quaternaire de 120000 années à 300000 années avant notre ère).

Actuellement près de 1400 ha sont en production.

·         Sang des Cailloux cuvée Azalaïs 2006

Le  domaine du Sang des Cailloux comprend 7 ha et est situé sur le plateau des garrigues, face aux Dentelles de Montmirail. Depuis 1991 le travail du sol est adapté aux saisons et aux parcelles, sans désherbage chimique.

La cuvée Azalaïs 2006 est constituée de 70% de grenache, 20% de syrah, 7% de mourvèdre et 3% de cinsault. Elle est élevée 6 mois dans des foudres avant la mise en bouteille. Elle représente 80% de la production, soit environ 45 à 50 000 bouteilles.

Ce vin a présenté quelques notes animales au premier nez, puis un fruit puissant accompagné d'épices est apparu. En bouche, un profil sudiste - très grenache - un peu démonstratif mais semblant représentatif de l'appellation.

·         Domaine de Montirius cuvée Garrigues 2006

Ce vaste domaine de 58 ha, sur plusieurs appellations communales ou crus, est certifié en agriculture biologique par Ecocert (1996) et en biodynamie par Biodyvin (1999).

La cuvée Garrigues est produite sur 24 hectares situés sur le plateau des Garrigues autour du village de Vacqueyras. Elle est issue de vieilles vignes d'environ 55 ans avec 70% Grenache et 30% Syrah

Cette bouteille a eu également besoin d'air pour s'exprimer ; elle a semblé plus déliée, plus évoluée que le vin précédent, avec quelques notes de léger rancio dans un équilibre de bouche frais et long. Seule une pointe de sécheresse en finale l'a pénalisé.

Le vin bio n'a pas été reconnu.

  1. Côtes du Rhône et  Côtes du Rhône Villages (près d'Orange)

·         Côtes du Rhône lieu-dit « Clavin » domaine de la Vieille Julienne 2007 (Jean-Paul Daumen)

Ce domaine de 25 ha date du début du 20 ème siècle et est passé progressivement à une culture écologique, s'inspirant de la biodynamie, depuis les années 1990. La cuvée « Clavin » est produite sur des sols caillouteux à partir de vieux grenaches (70%) associés à de la syrah, du mourvèdre et du cinsault.

Consensus sur cette belle bouteille au fruit pur et frais presque aérien, bien tendue, à la longue finale sapide. La biodynamie a été reconnue.

·         Côtes du Rhône Village Domaine du Grand Veneur (Vignoble Alain Jaume)  Les Champauvins 2007

Le vignoble de ce domaine est situé près d'Orange. Il se compose de parcelles d'une superficie totale de 40 ha sur trois appellations : Châteauneuf du Pape, Côtes du Rhône Villages et Côtes du Rhône. Le sol de nature argilo-graveleuse est recouvert de galets roulés.

La cuvée  « Les Champauvins » comprend 70 % Grenache, 20 % Syrah et 10 % Mourvèdre pour un rendement moyen de 38 hl/ha. La vinification est traditionnelle, en cuves inox, avec une cuvaison de 15 jours avec pigeages.

Une mise en bouteille très récente a désavantagé ce vin où le fruit était masqué, sans véritable expression aromatique pour l'instant, comme s'il avait gardé trace d'une légère filtration récente. Il aurait sans doute été préférable d'effectuer le « match » sur le millésime 2006.

A regoûter dans 6 mois ...

  1. Châteauneuf du Pape

C'est une vaste appellation de près de 5000 ha, aux sols et sous-sols complexes et variés et à l'encépagement riche de 13 cépages potentiels. Les domaines assemblent généralement des raisins issus de nombreuses parcelles.

·         Domaine Bosquet des Papes Tradition 2006 :

L'exploitation s'étend sur 27 hectares avec certaines parcelles en partie regroupées autour du domaine et d'autres situées dans toute l'appellation et même dans les communes avoisinantes. Le vignoble de 40 parcelles est donc très morcelé. Plusieurs cuvées sont produites.

Les vignes de la cuvée tradition ont 45 ans d'âge moyen et le grenache domine l'encépagement (70%).

Cette cuvée est un des classiques de l'appellation avec des touches de garrigue, de menthe, dans une approche assez aimable et facile à goûter en vin jeune. Un léger bémol : la finale sèche très légèrement

·         Domaine Pierre André 2006 :

C'est un domaine familial de 18 ha, dont 16 ha en appellation Châteauneuf du Pape (une seule cuvée) ; situé à Courthézon, il bénéficie d'un terroir d'une grande diversité : galets roulés, argiles, sables, calcaires. Les vignes de grenache (80 %), syrah (10 %), mourvèdre (8 %), cinsault, counoise 2% sont très âgées, 70 ans en moyenne. Il est en culture biologique depuis 1980 et en biodynamie depuis 1992.

La vendange n'est pas égrappée et des cuvaisons de 3 à 4 semaines sont pratiquées ; s'ensuit un élevage en cuves et foudres de chêne de 18 à 20 mois. Les vins ne sont pas filtrés, ils sont seulement collés.

Ce vin a été jugé profond, tendu, long, pur (beau fruit frais) et complexe ... l'un des sommets de la dégustation. Il a été reconnu comme issu de raisins de l'agriculture biodynamique

C-R : Yaïr Tabor

 
 
Boutique
 
Commandes de vins
Verres et carafes
Salons des vins